Supreme Power : les héros sulfureux de Straczynski

Supreme Power : les héros sulfureux de Straczynski
Rubrique Dossiers
Publié le dimanche 1er avril 2007 par
MAJ dimanche 1er avril 2007 à 14h30min

La sortie du tome 7 de la version française de Supreme Power permet de faire le point sur une série qui a renouvelé des personnages peu connus du grand public et s’est imposée comme une valeur sûre parmi les productions Marvel actuelles.

Mais revenons d’abord sur l’idée de départ : remettre au goût du jour les personnages du Squadron Supreme. La mission est confiée à J.M. Straczynski pour le scénario et Gary Frank pour le dessin. L’action se situe non pas sur la terre 616 (l’univers Marvel classique dans lequel évoluent X-Men, Vengeurs et autres Fantastiques) mais dans un monde parallèle, ce qui permet de s’affranchir de toute continuité et d’attirer de nouveaux lecteurs. Pour les héros, s’ils vous rappellent étrangement certains personnages de chez DC Comics, ce n’est pas un tour que vous joue votre imagination, c’est clairement voulu. Hyperion est ainsi une sorte de Superman, Nighthawk ressemble fortement à Batman, le Dr Spectrum est inspiré de Green Lantern, etc. Évidemment, le tout est si appuyé qu’il faut y voir plus une sorte d’hommage qu’un réel plagiat. Cette façon de s’inspirer des productions de la concurrence est d’ailleurs une pratique courante chez les deux géants des comics.

La série, publiée dans la collection Max, un label clairement axé adulte, donne résolument dans le réalisme, la violence, le cynisme même parfois. La politique et l’actualité ne sont pas laissées de côté non plus puisque, rapidement, le gouvernement américain va tenter de contrôler ces surhumains qui constituent un nouveau type d’arme. C’est ainsi que le groupe sera amené à intervenir en Afrique ou encore au Moyen-Orient.

Les personnages sont tous clairement intéressants et habilement développés. Certaines mini-séries, en marge de l’histoire principale, reviennent d’ailleurs sur le passé de ceux-ci et permettent de rendre les protagonistes principaux plus profonds. Dernièrement, avec les tomes 6 et 7, l’on a pu voir surgir de nouveaux héros, certains étant d’ailleurs très éloignés du stéréotype du genre, comme notamment Emil Burbank, un génie délicieusement odieux ou encore Raleigh Lund, un inébranlable colosse particulièrement demeuré. Les personnages féminins ne sont pas en reste puisque le dernier volume en date consacre une large place à Edith Freiberg, une jeune femme plus fragile que ne le laissent supposer ses pouvoirs et son attitude.

Accessible même aux non-habitués du riche univers Marvel, Supreme Power est une série moderne, efficace et joliment dessinée qui devrait même accrocher les réfractaires au genre super-héroïque.

Notes des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?

Dans la même rubrique
Edgard Jacobs avait-il lu Léo Malet ?
Edgard Jacobs avait-il lu Léo Malet ?
L’importance des grottes et mondes souterrains dans les aventures de Blake et Mortimer est certes bien connue, mais la preuve existerait maintenant qu’, dans l’histoire L’Affaire du Collier, a (...)
6 pages pour The Golden Age of DC Comics (Paul Levitz) - Taschen
6 pages pour The Golden Age of DC Comics (Paul Levitz) - Taschen
Les éditions TASCHEN vous proposent de feuilleter quelques-unes des pages de l’ouvrage The Golden Age of DC Comics écrit par Paul Levitz. Sorti en version française au mois de janvier 2013, ce (...)
Rapport ACBD 2007 : 3- Optimisation
Rapport ACBD 2007 : 3- Optimisation
90 séries ont bénéficié d’énormes mises en place et ont continué à se de livres confondus. D’après l’hebdomadaire professionnel Livres Hebdo, la bande dessinée figurerait parmi les secteurs de l’édition (...)
Pascal Bresson (Plus fort que la haine) : « C'est un métier de copinage »
Pascal Bresson (Plus fort que la haine) : « C’est un métier de copinage »
Alors que l’album Plus fort que la haine vient de sortir en librairie, Hervé Beilvaire a rencontré son scénariste Pascal Bresson. L’occasion de parler franchement et sans langue de bois d’un métier (...)
En rapport avec cet article
A lire également