Le monde éditorial est un monde vaste et impitoyable. Pourtant bon nombre de petits nouveaux, pleins de promesses, viennent concurrencer les éternelles grandes maisons d’édition. C’est le cas de Nanachi éditions, une structure pleine de bonnes idées et d’envies, qui conjugue amour et passion du manga.
Bande dessinée info a eu la chance de rencontrer Jérôme, le créateur de cette dernière pour qu’il nous parle en détail de Nanachi et qu’il évoque ainsi pour nous l’essence même de cette dernière.

Bande Dessinée Info : D’où l’idée de lancer une maison d’édition orientée vers le manga vous est-elle venue ?

Nanachi Édition : Pour moi l’idée du projet Nanachi a véritablement commencé en 2009 car à cette époque je voulais publier mes créations via les maisons traditionnelles. Seulement, ces dernières se sont montrées frileuses à l’idée de mettre en avant des jeunes créateurs comme nous. Ce fut la découverte de ce monde avec ses bons côtés, mais aussi ses aspects parfois rudes.
Après celà, en 2010, j’ai véritablement eu la volonté de créer ma maison d’édition afin de pouvoir offrir une alternative et une chance aux auteurs. Il m’a fallu trois ans pour passer du stade embryonnaire du projet au lancement de Nanachi et pouvoir ainsi proposer ma vision de l’édition.

Bande Dessinée Info : Pourquoi avoir choisi cette orientation très japonisante ?

Nanachi Édition : Le choix du format manga vient de ma passion pour ce dernier. En effet, je suis un lecteur de la première heure, de ce courant du neuvième art et je tenais à faire découvrir des auteurs et des projets de cette branche de la bande dessinée. De plus, nous essayons d’aborder le manga sous toutes ses formes. Même si certaines publications sont très orientés fantasy, certains futurs projets se tourneront vers le yaoï afin d’offrir aux lecteurs un panel de lecture plus large pour nos lecteurs.

Bande Dessinée Info : Pourquoi cette volonté de faire découvrir des jeunes talents ?

Nanachi Édition : J’ai sincèrement l’envie de promouvoir tous les talents et d’offrir l’opportunité de publier leurs albums. Si modestement je réussi, de permettre à des auteurs amateurs de mettre le pied à l’étrier et de connaître leur premier succès grâce à Nanachi, je serai comblé. De plus, un auteur confirmé aura sûrement des exigences contractuelles que Nanachi ne pourra lui offrir. Voilà pourquoi la découverte de talents reste pour nous la meilleure option.

Bande Dessinée Info : Ne pensez-vous pas qu’au vu du marché actuel cela présente une grosse prise de risque ?

Nanachi Édition : La prise de risque est minimisée à l’extrême car chaque tome est tiré à 200 exemplaires et des retirages sont faits lorsqu’ils sont épuisés. Ce procédé permet d’avoir un stock viable. Enfin ce qui parait une prise de risque pour certain est pour nous une chance incroyable.

Bande Dessinée Info : Comment choisissez-vous ces projets et combien en recevez-vous ?

JPEG - 73.4 ko
Jérôme, le fondateur des éditions Nanachi

Nanachi Édition : Pour le choix des projets, il y a deux options : je cherche via des plateformes dédiées ou les réseaux sociaux des jeunes talents susceptibles de s’inscrire dans le projet. Mais j’ai de moins en moins le temps le faire car ma vie de famille est, avec la maison d’édition, un travail à plein temps (rire). Ensuite, il y a les projets que je reçois via le site ou Facebook, le nombre de ces réceptions est assez fluctuant, je dois en recevoir environ deux par semaine en moyenne.
Lors du choix de ces projets, la qualité primordiale de ce dernier doit se trouver à mes yeux dans le synopsis et dans la qualité du scénario. Les qualités graphiques viennent ensuite. Venant du monde du roman, il m’arrive pour ce point-là de me faire aider pour voir toutes les subtilités du trait d’un auteur.

Bande Dessinée Info : Avez-vous dans un futur proche des projets en attentes de publication ?

Nanachi Édition : Rien de précis pour l’instant ou, en tout cas, rien dans un futur proche. La seule chose que je peux vous confesser c’est qu’il existe un projet BD à venir, mais cela est top secret.

Bande Dessinée Info : Combien êtes- vous au sein de la maison d’édition et comment faites vous pour communiquer autour de vos publications ?

Nanachi Édition : Alors même si j’ai la chance de disposer de pas mal d’aide d’amis pour le choix des projets ou d’autres choses, je suis la tête et les jambes de Nanachi. Faute de pouvoir employer des collaborateurs je fais tout, du choix des albums à la comptabilité. Nanachi est mon projet et je mets tout en œuvre afin que ce projet ambitieux dans son apparent amateurisme pérennise avec le temps avec une ligne éditoriale qualitative.
En ce qui concerne notre communication, elle se fait essentiellement avec les réseaux sociaux. Facebook, pour ne citer que lui, permet d’être au plus près de nos lecteurs et de partager avec eux notre actualité. Les festivals et autres manifestations autour du manga où nous sommes invités sont aussi un excellent moyen de nous faire connaître et d’être au plus près des lecteurs.

Bande Dessinée Info : Enfin la question qui dérange, quel projet vous a le plus emballé à sa sortie ? Et lequel a rencontré le plus grand succès auprès du public ?

Nanachi Édition : En effet, vous ne m’épargnez pas pour la dernière question. Sans langue de bois, il n’y a pas de projet qui me plaise plus que d’autres à leur parution. Je crois fermement en chaque projet qui sorte chez nous et j’emploie autant d’énergie pour le développement de chacun. Je tiens à dire sincèrement que c’est par passion que j’ai fondé Nanachi pour donner leur chance aux auteurs et non pas pour tenter de trouver le prochain auteur à succès du neuvième art. Si cela arrive j’en serai ravi, mais à mes yeux chaque projet compte et a la même valeur à mes yeux.
En ce qui concerne le succès public, il y a bien un titre qui tire son épingle du jeu c’est Les chroniques de Nomadoss. Cette série en est à son quatrième tome et a pu ainsi fidéliser un lectorat au fil des tomes.

Commentaires
Dans la même rubrique
Les connaissez-vous?