Qui est Harley Quinn ?

Qui est Harley Quinn ?
Publié le jeudi 31 mars 2016 par
MAJ jeudi 31 mars 2016 à 17h12min

Dans l’entourage de Batman, Harley Quinn est un personnage désormais incontournable. Elle était à l’affiche du très attendu Suicide Squad et s’est même vue offrir une série à son nom chez Urban Comics, dont le premier volume intitulé Complètement marteau ! fait partie de la sélection des 48H BD 2016. De bonnes raisons pour faire le point sur cette super-vilaine sexy et haute en couleurs.

Document JPEG - 30.9 ko
Harley Quinn des origines (Bruce Timm)

Harley Quinn, un personnage apparu sur le tard

Comparativement à la longévité de Batman, créé dans le Detective Comics 27 daté de mai 1939 par Bill Finger et Bob Kane, Harley Quinn est arrivée assez tard puisque sa première apparition date de 1992. Et encore, celle qui deviendra la fiancée du Joker est introduite par le scénariste Paul Dini dans la série animée Batman, diffusée à la télévision et destinée aux plus jeunes.

Harley Quinn, la dame de coeur du Joker

Harleen Frances Quinzel de son vrai nom est alors une jeune psychiatre qui travaille à la réhabilitation des criminels internés à Arkham, l’asile hautement sécurisé où se côtoient la plupart des ennemis de Batman. Amoureuse du Joker, elle l’aidera à s’évader à plusieurs reprises, avant d’être elle-même mise sous les verrous et de devenir officiellement l’une des adversaires du Chevalier Noir. Elle profite de l’occasion pour revêtir un costume d’arlequin aux couleurs rouge et noir conçu par le character designer Bruce Timm. L’audience de la série animée étant très jeune, les relations entre Harley Quinn et le Joker restent évidemment platoniques, mais déjà la belle doit subir les vexations et les sarcasmes de son mentor.

Document JPEG - 70 ko
Harley Quinn séductrice sous le crayon de Terry Dodson

C’est en 1994, et donc deux ans plus tard, que la belle reçoit les honneurs d’une publication papier. Dans le graphic novel Mad Love, Paul Dini au scénario et Bruce Timm aux crayons vont reprendre les origines de la trépidante fiancée du Joker, et remporter pour l’occasion les deux prestigieuses récompenses que sont les Eisner Awards et Harvey Hawards. Devenue très populaire auprès des lecteurs, notre Colombine de choc débutera réellement sa carrière de super-vilaine en 1997 dans Batman : Thrillkiller et Batman : Thrillkiller ’62, deux histoires estampillées Elseworlds et donc hors continuité officielle, avant de prendre réellement place dans l’univers DC Comics en 1999 avec le recueil Batman : Harley Quinn.

Davantage victime que bourreau

Destinées à un public plus masculin et plus âgé, les apparitions comics d’Harley Quinn prennent logiquement un tour plus sexy et plus sombre. Tandis que son costume devient plus moulant et que ses formes s’affirment, notamment sous le crayon de Terry Dodson, celle qui apparaissait déjà comme le souffre-douleur du Joker dans la série animée devient l’objet d’un véritable acharnement psychologique de la part de l’homme qu’elle aime, qui ira même jusqu’à projeter de la tuer. Résolument cinglée (elle possède deux hyènes comme animaux de compagnie), Harley Quinn est en fait plus folle que méchante et suscite la sympathie malgré ses exactions.

Harley Quinn, version The New 52

Le relaunch de l’univers DC Comics organisé en 2011 sous l’appellation The New 52 est l’occasion de remettre à plat l’ensemble des personnages du catalogue, et Harley Quinn n’échappe pas à la règle. Désormais dotée d’une coiffure bicolore, elle a abandonné le collant pour un corset bleu et rouge qui accentue encore ses atouts de séductrice. Côté coeur, elle reste attachée au Joker, mais leurs relations sont restées malsaines et violentes.

Document JPEG - 95.7 ko
Margot Robbie dans le rôle de Harley Quinn - Suicide Squad

Ce relaunch a pourtant permis à Harley Quinn de faire preuve d’indépendance en intégrant le Suicide Squad, une équipe composée de super-vilains manipulés par le gouvernement. L’australienne Margot Robbie, déjà aperçue dans le film Le Loup de Wall Street sorti en 2013, aura la charge d’interpréter Harley Quinn dans l’adaptation cinématographique cet été. A en juger par les photos et le trailer déjà disponibles, ce rôle de composition lui convient parfaitement.

Une controverse pour Harley Quinn

Malmenée en fiction, Harley Quinn sera également l’objet d’une controverse en septembre 2013. DC Comics lance alors un concours intitulé "Break into comics with Harley Quinn !" destiné aux dessinateurs amateurs et professionnels. L’idée en elle-même n’est pas scandaleuse, puisqu’il s’agit de recruter de nouveaux artistes, mais sur les quatre thèmes imposés, l’un d’entre eux est totalement déplacés. Il est en effet demandé de représenter le personnage nu dans sa baignoire, entourée d’appareils électriques prêts à déclencher un court-circuit fatal. Quelques jours avant la semaine nationale de prévention du suicide aux Etats-Unis, les esprits s’enflamment, à raison, et le concours DC Entertainment’s Open Talent Search dont l’annonce officielle se terminait par "Breaking into comics was never this fun" est finalement (et heureusement) annulé.

Notes des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Rapport ACBD 2008 : 7- Consécration et médiatisation
Rapport ACBD 2008 : 7- Consécration et médiatisation
Consécration et médiatisation 201 œuvres datant de plus de 20 ans ont été rééditées ; et de plus en plus d’auteurs de bande dessinée, parmi les 1416 qui vivent de leur métier sur le territoire (...)
Hervé Richez (Un Grand Bourgogne Oublié) : « Toute l'ossature dramatique est inventée, tout élément constitutif de cette ossature est vrai »
Hervé Richez (Un Grand Bourgogne Oublié) : « Toute l’ossature dramatique est inventée, tout élément constitutif de cette ossature est vrai »
Quelques semaines après vous avoir proposé la chronique d’un Grand Bourgogne Oublié, très bel album qui a su se faire une place parmi les multiples sorties sur le thème du vin (Château Bordeaux, Les (...)
Couleur de peau : Miel
Couleur de peau : Miel
Ils sont deux cent mille adoptés, disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée. L’un d’entre eux s’appelle Jung. D’abord une BD (Editions Quadrants/Soleil-Delcourt) parue en 2007, (...)
Chronique Les Tuniques Bleues T60 : Carte blanche pour un Bleu (Raoul Cauvin et Willy Lambil) - Dupuis
Chronique Les Tuniques Bleues T60 : Carte blanche pour un Bleu (Raoul Cauvin et Willy Lambil) - Dupuis
Des séries qui voient paraître leur soixantième épisode, ça ne court pas les rues. Avec leur auteur d’origine, encore moins. C’est en effet le cas du scénariste , à la manœuvre depuis 1968. Le (...)
A lire également