Faut-il soutenir Gilles Ciment ?

Faut-il soutenir Gilles Ciment ?
Publié le mercredi 17 septembre 2014 par
MAJ mercredi 17 septembre 2014 à 15h03min

Evincé de son poste de Directeur de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême, l’affaire Gilles Ciment est un véritable feuilleton, avec son lot de rebondissements, de manigances et de trahisons. Nommé à ce poste en 2007, son contrat semblait devoir être reconduit pour trois ans en décembre dernier. C’est en tout cas ce qu’attestait une délibération du Conseil d’administration datée du 25 juillet 2013, devant un bilan critique et public très positif.

Volontairement ou non, le contrat n’a pourtant pas été signé de suite, et il s’avère finalement le 12 juin dernier que Gilles Ciment doit faire ses valises, à la demande du Président de la CIBDI Michel Boutant, par ailleurs Sénateur et Président du Conseil général de la Charente. Une éviction "sans décision du Conseil d’administration, sans le moindre entretien préalable, sans le début d’une explication, sans aucun motif, en me jetant dehors manu militari", selon Gilles Ciment lui-même.

Une procédure judiciaire est en cours, et le dernier mot appartiendra à la justice, mais on ne peut s’empêcher de s’interroger sur la légalité et la légitimité de la procédure : De quel oeil le tribunal verra-t-il l’activité de Gilles Ciment entre le 1er décembre 2013 et le 12 juin 2014, alors que son contrat était devenu caduque ? Un établissement fonctionnant avec des fonds publics, présidé par un élu de surcroît, ayant fait travailler au noir son Directeur, voilà qui serait surprenant !

Toute cette affaire prend des allures de règlement de compte, avec une volonté évidente de nuire au principal intéressé. Sans solde de tout compte, ni certificat de travail, ni attestation d’employeur, voici Gilles Ciment sans la possibilité de faire valoir ses droits à Pôle Emploi. Une vexation de plus, qui justifie à elle seule l’indignation.

L’ensemble de la rédaction de Bande Dessinée Info entend donc apporter son soutien à Gilles Ciment dans cette épreuve, et invite l’ensemble de ses lecteurs à faire de même en signant la pétition lancée sur Avaaz.

En médaillon : Gilles Ciment lors de l’inauguration du vaisseau Moebius le 30 janvier 2013.

Notes des internautes

Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?

Dans la même rubrique
Un révérend, un vampire et une tueuse
Un révérend, un vampire et une tueuse
Dieu a démissionné. Et au Ciel, c’est la panique. Genesis, une puissante entité issue de l’accouplement coupable d’un Séraphin et d’une démone, est sur terre et menace les fondements même de l’ordre (...)
Rapport ACBD 2007 : 8- Satisfaction
Rapport ACBD 2007 : 8- Satisfaction
Malgré tout, 1357 auteurs de bandes dessinées continuent, quand même, à pouvoir vivre, de leur métier. Seulement, est-ce que tous les 1357 auteurs (contre 1325 en 2006) qui arrivent à vivre de ce (...)
Angoulême 2015 : Interview de Wilfrid Lupano
Angoulême 2015 : Interview de Wilfrid Lupano
A l’occasion du festival d’Angoulême, j’ai eu le plaisir de rencontrer Wilfrid Lupano, un des plus grand scénariste de sa génération. Sa bonne humeur, son humour et ses jeux de mots étaient au rendez (...)
Chronique James Joyce - L'Homme de Dublin (Alfonso Zapico) - Futuropolis
Chronique James Joyce - L’Homme de Dublin (Alfonso Zapico) - Futuropolis
On le croit encore l’homme d’une unique ville, lui qui a habité et parcouru l’Europe tout entière ; on le croit encore l’homme d’un unique roman, lui qui s’est essayé à de nombreux genres, les mêlant (...)
A lire également