The Elementals : Les super-héros ont-ils une vie sexuelle ?

The Elementals : Les super-héros ont-ils une vie sexuelle ?
Publié le vendredi 25 août 2006 par
MAJ vendredi 25 août 2006 à 10h27min

Elementals est un comics book créé par Bill Willingham (scénario et dessins) en 1983 dans Justice Machine Annual 1 publié par un tout petit éditeur américian nommé Texas Comics. A l’origine, cette équipe de super-héros est composée de Morningstar, Vortex, Fathom et Monolith, quatre personnages symbolisant respectivement le feu, l’eau, l’air et la terre. Leur ennemi déclaré est un sorcier multi-centenaire nommé Lord Saker qui a conçu Shadowspear, une machine destinée à asseoir sa suprématie sur le monde. Un article assez synthétique en anglais est disponible en anglais sur Wikipedia et une description détaillée et illustrée des premiers épisodes est en français sur Buzz Comics.

Une idée de départ assez banale, mais l’originalité du titre n’est pas là. Une fois la série rachetée en 1990 par l’éditeur Comico qui la publiait depuis 1984, Elementals est confié à d’autres auteurs, qui produiront plusieurs one-shots et mini-séries dont celui nommé Sex Special qui justifie que nous parlions de cette série.

Le principe de la mini-série en quatre numéros Sex Special est assez simple : les super-héros sont des êtres de chair et de sang. Ils possèdent donc des sentiments et des pulsions, notamment sexuelles. Il serait donc légitime de les représenter dans ce type d’activités. Sex Special n’est donc pas un comics érotique destiné à un lectorat spécialisé ou une parodie à caractère sexuel comme le sont les eight pagers, mais bel et bien une tentative d’explorer différemment le comics super-héros.

Malheureusement, cette bonne idée sur le papier, ce souffle d’air frais (si j’ose écrire !) dans le monde des comics tombe à plat. La première livraison de cette série reste certe honorable, avec même une courte histoire de Bill Willingham lui-même, sans cependant révolutionner le genre. Mais le pire est à venir. Au fil des trois numéros suivants se succèderont scénarios indigents et graphismes bâclés sur de courtes histories complètes, pour parvenir à un superbe gâchis dont la bande dessinée en tant que genre ne sort pas grandie.

Galerie

Notes des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Jérôme K. Jérôme Bloche T20 - Fin de contrat : 4 planches en avant-première
Jérôme K. Jérôme Bloche T20 - Fin de contrat : 4 planches en avant-première
Résumé Jérôme n’est plus en sécurité nulle part. Que ce soit chez lui ou chez Babette, sa fiancée, un sinistre individu le piste sans répit, bien décidé à le faire passer de vie à trépas. L’imagination du (...)
Pandala T1 en avant-première
Pandala T1 en avant-première
Décidément, Ankama éditions n’est jamais là où on l’attend. Après le manga-like Dofus, puis Mutafukaz, comic nourri à la téquila, voici le nouveau Pandala, sorte de fable en couleur directe. Relatant la (...)
10 planches pour Sara Lone T1 : Pinky princess (Erik Arnoux et David Morancho) - Sandawe
10 planches pour Sara Lone T1 : Pinky princess (Erik Arnoux et David Morancho) - Sandawe
Les années 50, aux USA. Des temps difficiles pour les pêcheurs de crevettes de ce petit bled côtier du sud Texas et les grèves se succèdent de plus en plus dures. Le puissant Syndicat qui orchestre le (...)
Nous sommes Motörhead (Collectif) – Dargaud
Nous sommes Motörhead (Collectif) – Dargaud
De la sainte trinité des grands groupes de rock’n’roll issus, même à leur corps défendant, de la révolution punk des années 70, il n’en est plus qu’un encore debout. Les Ramones ont rendu les armes en (...)
A lire également