Pourquoi Astérix chez les Pictes ne doit pas décevoir

Pourquoi Astérix chez les Pictes ne doit pas décevoir
Publié le jeudi 10 octobre 2013 par
MAJ jeudi 10 octobre 2013 à 22h03min

Après huit ans d’absence, Astérix revient en librairies le 24 octobre prochain. Prenant la suite du controversé Le Ciel lui tombe sur la tête, Astérix chez les Pictes se doit de ne pas décevoir les attentes multiples des fans, des libraires et de l’éditeur. Revue de détails.

On le sait, le lecteur est parfois pétri de contradictions. Avide de nouveauté et de surprises, il n’hésite pourtant pas à clamer haut et fort son indignation lorsque son personnage fétiche change un tantinet ses habitudes. Le précédent album en date a d’ailleurs suscité un beau tollé. Une petite frange de lecteurs, qui reprochent tout et son contraire à Albert Uderzo depuis sa reprise des scénarios du petit gaulois, a eu beau jeu de critiquer la présence d’extra-terrestres, de super-héros et d’envahisseurs aux yeux bridés. La polémique, reprise et amplifiée par quelques critiques influents, avait presque enterré la série Astérix, pour un album qu’il faut pourtant davantage considérer comme une histoire parallèle : à l’instar d’Hergé dans Vol 714 pour Sydney, Albert Uderzo avait pris soin de faire oublier à ses personnages toutes les péripéties vécues dans cette aventure.

JPEG - 80.4 koRetour aux sources, ce sera un Astérix on ne peut plus classique qui débarque en librairies avec Astérix chez les Pictes. Un nouveau voyage, cette fois-ci en terre écossaises, avec ses clichés tournés en dérision, ses noms propres à tiroirs et des péripéties peut-être prévisibles, mais que l’on espère jubilatoires. De côté-là, le lecteur se retrouvera, lui, en terrain connu.

On pourra compter sur le scénariste Jean-Yves Ferri, 54 ans au compteur (le même âge qu’Astérix !). Son humour pince-sans-rire (certains diront typiquement anglais) a déjà fait ses preuves dans Aimé Lacapelle et De Gaulle à la plage, ce même type humour que maniait avec dextérité et à propos René Goscinny, capable de créer plusieurs niveaux de lecture. Et Didier Conrad, 54 ans lui aussi, a déjà démontré par le passé ses capacités d’adaptation, aussi à l’aise dans le dessin cartoony que dans la pseudo ligne claire. Tout en développant une oeuvre personnelle, on lui doit déjà les convaincantes reprises graphiques d’André Franquin (Marsupilami) et de l’univers de Morris (Kid Lucky). Les quelques rares images que les éditions Albert René ont diffusées ne sont peut-être pas du "pur Uderzo", mais le tout reste cependant bien honorable.

Dans son principe, l’album est convainquant, et les nombreuses précommandes sur les sites de vente (deux semaines avant sa parution, il apparaît en première place au classement des ventes Amazon) sont très encourageantes. Il ne reste plus qu’à attendre le 24 octobre pour le verdict final. Tiendrez-vous jusque là ?

Notes des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Rapport ACBD 2007 : Annexes
Rapport ACBD 2007 : Annexes
Nombre De Publications Depuis 2000 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 nouveautes 1137 1292 1494 1730 2120 2701 3195 3312 reeditions 285 406 436 515 610 552 612 712 illustrations 103 (...)
Chronique La Douce (François Schuiten) - Casterman
Chronique La Douce (François Schuiten) - Casterman
Comme la locomotive de Buñuel. Une déferlante qui ne prévient pas. Ça surgit avec de la musique, des cercles et un rythme qui ne décélère jamais. Par forces concentriques, contrôlées, mesurables. Une (...)
CFSL Shuffle T3 : Carnets de croquis (Collectif) – CFSL.Ink
CFSL Shuffle T3 : Carnets de croquis (Collectif) – CFSL.Ink
Après le speed painting et les filles, la communauté du forum CFSL.net ouvre ses carnets de croquis. Délaissant le côté spectaculaire du dessin en temps ultra-limité et le créneau porteur et vendeur (...)
En photos : L'exposition SUPER-HÉROS : L'ART D'ALEX ROSS au Mona Bismarck American Center for art & culture (2014)
En photos : L’exposition SUPER-HÉROS : L’ART D’ALEX ROSS au Mona Bismarck American Center for art & culture (2014)
Vingt ans après la première parution de la mini-série Marvels qui l’a révélé au grand public, Alex Ross est accueilli au sein du Mona Bismarck American Center for art & culture parisien du 5 mars au (...)
A lire également