Angoulême 2015 : Exposition Jack Kirby, le super-créateur

Angoulême 2015 : Exposition Jack Kirby, le super-créateur

Publié le mardi 3 mars 2015 par
MAJ mardi 3 mars 2015 à 10h00min

Si les lecteurs de comics le connaissent depuis bien longtemps, le grand public n’est pas nécessairement conscient de l’importance du rôle de Jacob Kurtzberg, alias Jack Kirby, dans l’histoire de la bande dessinée américaine. Bien qu’il n’ait pas inventé le super-héros en tant que tel, Kirby a participé, souvent aux côtés de Stan Lee, à la création de tant de personnages et de séries mythiques – Les Quatre Fantastiques, Les X-Men, Le Quatrième Monde, Les Nouveaux Dieux, Ant-Man, Kamandi, O.M.A.C., Mister Miracle... – qu’il mérite sans nul doute le surnom de « King of Comics ». Né à New York en 1917, il commence à travailler à l’âge de 18 ans, d’abord comme intervalliste pour des studios de dessins animés, puis comme assistant d’auteurs de comic strips. Il fait par la suite la connaissance de Joe Simon, avec qui il crée dès 1940 le personnage de Captain America chez Timely Comics (maison bientôt rebaptisée Atlas, puis Marvel Comics). Au cours de sa longue carrière, Kirby travaille à la fois en tant que dessinateur, scénariste, directeur artistique et directeur de publications. De nombreux conflits au sujet de ses droits et de ses contrats l’opposent aux éditeurs, et il change très souvent de maison d’édition, faisant pendant plus 40 ans (depuis le début des années 1940 jusqu’au milieu des années 1980) un nombre impressionnant d’allers-retours entre les majors Marvel et DC Comics, et imposant chez chacun des deux éditeurs une multitude de personnages mémorables qui seront repris par la suite. La relecture des Fantastic Four suffirait à elle seule à montrer toute la force créatrice de Kirby : au cours des années 1960, il y introduit les personnages des X-Men, le Surfer d’argent, les Skrulls, Submariner, le Docteur Doom, The Impossible Man, The Watcher, Galactus

L’exposition, pensée de manière chronologique, met en avant l’esthétique fondamentale de Jack Kirby, la magie d’un trait débordant d’effets, de trouvailles et de dispositifs graphiques d’une confondante efficacité. L’auteur introduit des perspectives saisissantes, il symbolise la matière par ce que l’on appelle aujourd’hui communément les Kirby Krackles (« les points Kirby »), une myriade de points noirs pouvant ressembler à des taches d’encre, et il invente des onomatopées marquantes, à l’image du célèbre « It’s clobberin’ time ! » (« Ça va faire mal ») de La Chose – une créature minérale que Kirby invente avec Stan Lee en 1961.

JPEG - 86.3 ko
JPEG - 65.4 ko
JPEG - 117.1 ko
JPEG - 134.9 ko
JPEG - 136.8 ko
JPEG - 102.4 ko
JPEG - 133.4 ko
JPEG - 156.8 ko
JPEG - 173 ko
JPEG - 112.1 ko
JPEG - 150 ko
JPEG - 149.8 ko
JPEG - 139 ko
JPEG - 116.9 ko

Note des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Benoît Sokal : « C'est le spirituel qui peut me sembler inabordable » Benoît Sokal : « C’est le spirituel qui peut me sembler inabordable »
À l’origine de la rencontre avec Benoît Sokal, cette volonté un peu folle : celle de ne l’interroger ni sur Canardo, ni sur le jeu vidéo. Pour le père de l’un et l’expert de l’autre, qui s’est tant (...)
Rapport ACBD 2009 : Annexe (Nombre de publications depuis 2000) Rapport ACBD 2009 : Annexe (Nombre de publications depuis 2000)
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 NOUVEAUTÉS 1137 1292 1494 1730 2120 2701 3195 3312 3592 3599 RÉÉDITIONS 285 406 436 515 610 552 612 712 821 892 ILLUSTRATIONS 103 146 207 212 (...)
Rapport ACBD 2008 : Introduction Rapport ACBD 2008 : Introduction
Une année tonique qui ne se laisse pas impressionner par la crise financière ambiante… • 1- Production • 2- Édition – Concentration et vitalité : 15 groupes dominent le secteur avec plus de 70 % de (...)
Guillaume Sorel (Le Horla) : « Je ne crois pas au fantastique » Guillaume Sorel (Le Horla) : « Je ne crois pas au fantastique »
Pour Guillaume Sorel, l’idée de proposer une adaptation en bande dessinée de l’une des plus célèbres nouvelles de Guy de Maupassant, Le Horla (éd. Rue de Sèvres), remonte à une enfance partagée entre les (...)
A lire également