Disparition de Jack Davis, pilier de MAD et EC Comics

Disparition de Jack Davis, pilier de MAD et EC Comics
Rubrique Actualité BD
Publié le jeudi 28 juillet 2016 par
MAJ jeudi 28 juillet 2016 à 11h15min

Le dessinateur et illustrateur Jack Davis est décédé ce mercredi 27 juillet 2016 à Athens (Géorgie) à l’âge de 91 ans. Ce pionnier des comics avait fait partie de l’équipe de MAD Magazine dès son premier numéro publié en 1952, en compagnie de Wally Wood, Will Elder et John Severin et sous la houlette de Harvey Kurtzman qui y cumulait alors les rôles de scénariste (il avait livré le script de chacune des histoires de ce numéro), dessinateur et rédacteur en chef. Né le 2 décembre 1924 à Atlanta (Géorgie), membre émérite de cette joyeuse bande qui se surnommait elle-même "the usual gang of idiots", il s’était intéressé au dessin dès son plus jeune âge, et il avait proposé sa première bande dessinée à l’âge de 12 ans à la revue Tip Top Comics.

Document JPEG - 51.6 ko
Le Crypt-Keeper, personnage clé des comics d’horreur publiés par EC Comics

Après son incorporation dans la Marine pendant la Seconde Guerre Mondiale (il y crée Boondocker pour le journal Navy News), il reprend ses études à l’université de Géorgie, puis débarque à New York. En 1950, il intègre l’équipe de l’éditeur EC Comics et participe aux titres Tales from the Crypt, The Haunt of Fear, Frontline Combat, Two-Fisted Tales, The Vault of Horror, Piracy, Incredible Science Fiction, Crime Suspenstories, Shock Suspenstories et Terror Illustrated, autant de classiques désormais reconnus par les amateurs. A cette époque, il relooke le Crypt-Keeper, initialement créé par Al Feldstein. Le personnage, qui interviendra en tant que narrateur dans bon nombre des histoires d’horreur publiées par EC Comics y gagnera son apparence effrayante qui feront le ravissement de ses fans.

Capable de dessiner et encrer trois planches dans la journée, il fournit de nombreuses bandes et couvertures pour son éditeur de l’époque, avec une prédilection pour l’époque de la Guerre de Sécession. Cantonné jusque-là dans les comics de guerre et d’horreur, il fait également bonne figure dans le satirique MAD Magazine lancé en 1952, où son style foisonnant fait des merveilles.

Document JPEG - 689.1 ko
Lone Stranger rides again !, une parodie du Lone Ranger publiée dans MAD Magazine et dessinée par Jack Davis sur un scénario de Harvey Kurtzman

Après quelques infidélités, (il se lancera dans le domaine de l’illustration et la publicité, et publiera même son propre comics book intitulé Yak Yak chez Dell Comics), il intègrera à nouveau MAD Magazine au milieu des années 60 et il y contribuera, pratiquement à chaque numéro, pendant plus d’une quarantaine d’années, sa dernière couverture pour le magazine datant de septembre 1995.

Jack Davis était le dernier dessinateur survivant de l’équipe des comics d’horreur lancés par EC. Avec lui, tout un pan de l’histoire du Golden Age vient de disparaître. Nous tenions à saluer la mémoire d’un grand artiste qui aura influencé de très nombreux auteurs et illustrateurs.

Notes des internautes: 0

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?

Dans la même rubrique
On saigne les auteurs
On saigne les auteurs
Vous aimez lire ? les auteurs, que vous faites vivre, ne sont pas autant à la fête. Comme expliqué dans le documentaire Sous Les Bulles. Les auteurs de bande dessinée ne sont pas des salariés et ne (...)
"Ne nous appelez plus Mutants"
En quelques heures, cette phrase a fait le tour de la planète. Tirée du comic-book "Uncanny Avengers #5", elle change l’univers Marvel. Toute la communication de la maison des idées reposait (...)
Avant Superdupont, le super-journal
Avant Superdupont, le super-journal
Alors que l’album sort la semaine prochaine, Dargaud fait paraître une édition spéciale de son journal. Rebaptisé Superjournal.fr, il vous dévoile Superdupont sous toutes les coutures. Source : (...)
Komikku offre un shikishi ARTE
Komikku offre un shikishi ARTE
Pour fêter l’arrivée de Marion le 27 septembre prochain, un manga qui décrit les péripéties vécues par une gamine parisienne des années 40 dans le monde du spectacle et du music-hall, les éditions (...)
A lire également