Cargo Zone 2 - septembre/octobre 2007

BDfugue Rakuten FNAC Amazon
Cargo Zone 2 - septembre/octobre 2007
Note des internautes:
0 vote
Publié le jeudi 30 août 2007 par Mise à jour de cette page le 15 février 2018 à 10h44min

Seconde livraison pour ce bimestriel de bande dessinée très séduisant. Lancé sous l’égide de Al Coutelis qui en est le directeur de publication (c’est lui qui ira en prison s’il y a un problème ;) ), ce magazine dirigé par François Forcadell est un habile mixage entre la bande dessinée et le dessin d’humour (le Lucien de Frank Margerin y côtoie Les Blattes de Mô/CDM et Gaël), la bd d’aventure (Le revolver de Tito ou Chaka et les lièvres de Vehlmann et Duchazeau) et un rédactionnel original mêlant articles sur le Neuvième art, nouvelles et jeux logiques.

Bien sûr, on est parfois surpris de retrouver ça et là des bandes déjà publiées ailleurs en albums, mais l’ensemble est bon, très bon même, quand on considère la jeunesse de ce périodique, imprimé de surcroit sur

Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Chronique du film Birdman (2015)
Broadway, la scintillante avenue, siège des théâtres et des comédies musicales où se sont créées et jouées certains des shows les plus connus au monde. C’est dans l’un de ces théâtres que va bientôt se (...)
Philippe Geluck à Quai des Bulles 2013 : Le Chat fait le show (reportage photo)
A Saint-Malo ce week-end, impossible d’échapper au Chat de Philippe Geluck ! Tandis que le félin philosophe déambulait en chair et en os dans les rues de la cité corsaire, assisté de curieux hommes de (...)
Chroniques Semic comics Mai 2004
JLA/AVENGERS n°2 JLA/AVENGERS n°2 Prix : €4.60 Livre deux : "Le tournoi des champions" (scénario de Kurt Busiek et dessins de George Perez). 2ème épisode de la saga JLA/AVENGERS où l’on retrouve (...)
Frederik Peeters : « Aâma est un jeu de contrastes, à tous les niveaux »
Une rencontre avec Frederik Peeters fait partie de celles qui font perdre ses repères. Rien à voir avec le fait qu’il fasse 5°C dans les rues typiques qui conduisent jusqu’au seuil de la maison (...)