Les Tribulations d’une caissière T1 : Vous êtes ouverte ? (Wol, Julien Akita & Mathieu Akita) - Soleil

Les Tribulations d'une caissière T1 : Vous êtes ouverte ? (Wol, Julien Akita & Mathieu Akita) - Soleil
Rubrique Dossiers
Publié le vendredi 19 juin 2009 par
MAJ vendredi 19 juin 2009 à 18h45min

Le cas d’Anna Sam mérite qu’on s’y attarde quelque peu. Cette jeune femme, qui finance ses études de Lettres en travaillant comme hôtesse de caisse dans une grande surface, décide en 2007 de relater ses déboires dans la grande distribution en créant son blog. Dotée d’un réel talent d’écriture, maniant l’ironie avec gràce, ses Tribulations d’une caissière rencontrent rapidement un beau succès auprès des internautes. Dès le mois de juin 2008, le blog est décliné sous la forme d’un roman à succès [1], suivi d’un premier album de bande dessinée, celui-là même qui va nous intéresser dans cette chronique.

Evidemment, on soupçonne le produit commercial, la grosse machine marketing, d’autant plus qu’un film serait annoncé pour l’an prochain. Mais l’album en lui-même possède pourtant quelques qualités que l’on n’y attendait pas forcément. Conçu sur le mode de gags en une page entière ou, plus rarement, sur une demi-planche, l’album se veut un recueil de scènes drôles, curieuses ou émouvantes au moment du passage en caisse. S’inspirant à la fois du roman et du blog, le scénariste Wol [2] est parvenu à prendre du recul par rapport à l’oeuvre originale, tandis que les dessinateurs/coloristes Julien et Mathieu Akita, visiblement inspirés par le style manga, mettent en image, de manière parfois un peu trop statique, ces moments que nous avons tous vécus. Tous les types de clients sont passés en revue, depuis le chapardeur jusqu’au célibataire en mal d’amour, et la difficile condition de caissière en grande surface n’est pas oubliée, mais tout cela est traité de manière ironique.

Les Tribulations d’une caissière T1 : Vous êtes ouverte ?
Scénariste : Wol
Dessinateurs : Julien Akita & Mathieu Akita
Editeur : Soleil
40 pages
9,45 Euros
Parution le 27 mai 2009
Sortie prévue du Tome 2 en octobre 2009

[1Traduit en dix langues, cet ouvrage a déjà trouvé 100 000 lecteurs

[2Curieusement, on aurait pu s’attendre à ce que l’amateur de bande dessinée qu’est Anna Sam (elle chronique régulièrement ses lectures chez notre confrère Bulle d’Encre) s’attellerait elle-même à l’adaptation de son travail en bande dessinée.

Notes des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?

Dans la même rubrique
2006 : L'année de la maturation
2006 : L’année de la maturation
Une année de bandes dessinées sur le territoire francophone européen par Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD Chaque année, l’Association des Critiques de Bande Dessinée publie son rapport (...)
Philippe Bringel (Blackfoot) : "L'Heroic Fantasy n'est pas si loin que ça du western"
Philippe Bringel (Blackfoot) : "L’Heroic Fantasy n’est pas si loin que ça du western"
Philippe Bringel est un artiste autodidacte qui s’est lancé dans le Neuvième Art en 2007 avec la série Jed-Kan. Dessinateur, mais aussi peintre et sculpteur, sa polyvalence lui apporte un style (...)
Les Culottées - Compte-rendu de la rencontre avec Pénélope Bagieu organisée par le collectif Femmes 3000
Les Culottées - Compte-rendu de la rencontre avec Pénélope Bagieu organisée par le collectif Femmes 3000
A l’occasion de la sortie de son nouveau livre Les Culottées, s’est vu offrir la parole par le collectif Femmes 3000 lors d’une rencontre - dédicace au café de Flore, ce mardi 20 septembre. Retour sur (...)
Katia Even : "C'est à nous, auteurs érotiques, de savoir placer les limites"
Katia Even : "C’est à nous, auteurs érotiques, de savoir placer les limites"
Déjà scénariste et dessinatrice, Katia Even ajoute une nouvelle corde à son arc avec le rôle de rédactrice en chef de la revue Blandice, dont vous pouvez lire tout le bien qu’on en pense. Nous sommes (...)
A lire également