Le lancement d'Explora, la nouvelle collection des éditions Glénat
Publié le lundi 26 mars 2012 par

Le lancement d’Explora, la nouvelle collection des éditions Glénat

Document JPEG - 100.3 ko
Scéance de présentation de la collection Explora © E. Aubague

Les éditions Glénat ont sorti le 14 mars 2012 les deux premiers albums d’une toute nouvelle collection, la collection Explora dirigée et scénarisée par Christian Clot, lui-même explorateur. Pour marquer l’événement, une présentation de cette collection a été organisée à la Société de Géographie en présence de nombreux journalistes, des auteurs, mais aussi d’Olivier Archambeau président de la Société des Explorateurs.

Les deux premiers albums de cette collection, disponibles en librairies, sont Mary Kingsley et Magellan. Deux autres, Captain Sir Richard Francis Burton et Fawcett doivent paraitre en septembre 2012.

Le but de Christian Clot était de publier plusieurs albums sur ce thème, et le plus rapidement possible, c’est pourquoi il a fait appel au studio Elyum. Il était donc très fier de pouvoir présenter ces deux premiers albums. Pour ce faire, deux vidéos ont été projetées, les bandes-annonces de Mary Kingsley et de Magellan avant de revenir un peu plus profondément sur ces deux albums et sur leurs créations.

Document JPEG - 947.8 ko
Couverture de l’album Mary Kingsley - La montagne des dieux (Christian Clot, Guillaume Dorison, Esteban Mathieu et Julien Telo) - Glénat

Ainsi avec Mary Kingsley scénarisé par Christian Clot, Guillaume Dorison et Esteban Mathieu et dessiné par Julien Telo, on replonge dans le Londres de l’année 1893 sous le règne de la reine Victoria. C’est une époque où les femmes sont oubliées, mises à l’écart, et où leur éducation est considérée comme dangereuse. C’est l’époque de la naissance du mouvement des Suffragettes. Mary Kingsley est une jeune femme d’une trentaine d’années qui n’a jamais quitté Londres. A la mort de ses parents, elle décide de terminer le voyage que son père a commencé sur le continent africain.

Avec Magellan, scénarisé par Christian Clot et dessiné par Bastien Orenge et Thomas Verguet, on découvre une vision du monde où la terre n’est pas ronde et où toutes les mers sont fermées. Le Pape a séparé le monde en deux (l’Ouest appartient à l’Espagne et l’Est au Portugal). Mais cette séparation ferme la route des épices aux Espagnols. Alors Magellan, sur la base d’une carte dont il doute de la véracité se rend à Séville pour rencontrer le Conseil de Indes qu’il peut trouver un passage vers la route des épices. Il arrive ainsi à convaincre l’empereur Charles Quint de réaliser le tout premier tour du monde.

Pour la suite de la présentation, Guillaume Dorison a pris les commandes et décidé d’expliquer avec l’aide des autres intervenants comment les auteurs ont procédés pour raconter la vie de ces explorateurs et leurs expéditions en bande dessinées. La première question qu’ils se sont posée est donc celle de la représentation : fallait-il représenter la réalité ou une fiction ? Le but de Christian Clot est tout de même à travers ces albums de montrer ce qui a poussé ces personnes de ces différentes époques à faire ce qu’elles ont fait, quel a été l’élément déclencheur. Cela tendait aussi à poser la question de la définition de l’explorateur, et par là à montrer le moment où la réalité dépasse la fiction.

Pour cette collection, les auteurs ont fait un réel travail de recherche de documentation pour se rapprocher au plus près de la réalité, notamment concernant les décors et les costumes. Là où la dichotomie entre réalité est fiction est le plus visible c’est entre la vision du scénariste et celle du dessinateur, car le scénariste est très ancré dans la véracité alors que le (ou les) dessinateur(s) sont plus dans la mise en scène, la théâtralisation malgré des recherches historiques poussées. L’exemple pris pour illustrer ce phénomène est celui, dans l’album Magellan, de la page qui montre pour la première fois le détroit qui deviendra Détroit de Magellan. Les dessinateurs ne se sont jamais rendu sur place contrairement au scénariste, ils n’ont eu aucune autre vision que les photos qu’ils ont pu voir et qui montraient des décors beaucoup moins alléchants et impressionnant que tels qu’ils sont représenté dans l’album. Pourtant cette théâtralisation est nécessaire, pour que les lecteurs puissent se rendre compte de ce que la découverte de cet endroit a pu avoir de mystique et d’effrayant pour les hommes qui ont vécu cette découverte.

Bref, cette nouvelle collection s’annonce très prometteuse. Les deux premiers tomes sont en tout cas très réussis et très richement documentés. De plus l’ajout aux planches d’un dossier historique de 8 pages avec chaque album permettent d’approfondir les sujets traités dans chaque album.

Commentaires
N'hésitez pas à partager vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Le Spirit T2 : Bombe à retardement (Darwyn Cooke) – Panini Comics
Suite des aventures du Spirit reprises par Darwyn Cooke, ce recueil regroupe les volumes 5 à 8 US. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le justicier masqué de Central City continue d’en voir de (...)
François Schuiten : Maurice Tillieux n’était pas du tout quelqu’un de « théorique »,
Rencontrer François Schuiten, c’est accepter de prendre sa main, et de suivre le fil qu’il nous tend pour nous conduire dans son labyrinthe. Un labyrinthe clair, un espace accueillant qui a le (...)
Rapport ACBD 2008 : Annexe (Les plus gros tirages hors manga de 2008)
Les plus gros tirages hors manga de 2008 TIRAGES TITRES DESSINATEURS SCENARISTES EDITEURS 1 832 000 Titeuf 12 Zep Glénat 600 000 Blake et Mortimer 18 André Juillard Yves Sente Blake et (...)
Le Spirit : Résurrection (Darwyn Cooke & Jeph Loeb) – Panini Comics
Ce recueil de 5 histoires porte bien son nom puisqu’il s’agit véritablement du retour du Spirit dans le monde de la bande dessinée américaine. Le Spirit, créé par Will Eisner à la charnière des années (...)