Forum
Prochaines parutions Dernières sorties
Votre Compte
Newsletter
Gestion de collection

Chronique Only skin (Sean Ford) - Rackham

Rubrique Actualité BD
Publié le jeudi 21 mars 2013 par
MAJ jeudi 21 mars 2013 à 15h17min

Sam, gérant de station-service dans une petite ville des États-Unis, est parti faire du camping en forêt et n’en est jamais revenu. Face à cette disparition inexpliquée, ses enfants, Cassie et Clay, reviennent s’installer à la station-service, après huit ans d’absence et de silence, pour comprendre ce qui s’est passé. A leur arrivée, ils découvrent que leur père n’est pas le seul disparu, mais que d’autres habitants sont concernés et que l’on a retrouvé d’eux que des doigts et du sang.

Alors que la psychose gagne peu à peu la région, le shérif ne semble absolument pas maitriser la situation et choisit d’interdire l’accès à la forêt qui présente pour lui un gros intérêt personnel et qui semble être le point commun de toutes ces disparitions. C’est dans ce mélange de conflits d’intérêts, de paranoïa, de jalousie et d’angoisse que le jeune Clay fait la connaissance d’un étrange fantôme dépressif tantôt mal intentionné, tantôt protecteur. L’apparition va le mener au cœur de la forêt où tous les protagonistes partiront à sa recherche pour découvrir l’inimaginable.

Cet album, aboutissement de cinq ans de travail, est la toute première bande dessinée de Sean Ford. Au fur et à mesure des planches, il balade ses lecteurs en plein cœur du suspense, les oriente d’hypothèses en suppositions qui restent invérifiables et incertaines, pour finalement leur apporter les réponses auxquelles on ose à peine croire.

Ce premier album est tellement réussi et tellement abouti, qu’on peine à admettre que ce soit réellement la première bande dessinée de ce jeune auteur. Son scénario est très bien écrit, il n’y a pas de temps morts. On sent que les ralentissements dans l’intrigue sont voulus par l’auteur et qu’ils servent à maintenir l’ambiance et à permettre aux lecteurs de se projeter. Le choix du noir et blanc sans aucune nuance de gris permet de retranscrire d’autant mieux l’atmosphère de ces petites villes d’Amérique profonde face à ce genre d’évènement. Le dessin de ses personnages est très rond, presque un peu naïf, et renforce d’autant plus l’impression que les protagonistes n’ont aucune prise sur ce qui se déroule autour d’eux. Bref, aucun détail ne semble laissé de côté par cet auteur qu’il va falloir suivre attentivement.

Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?

Dans la même rubrique
Metropolis, un clip en forme de comic-book
Metropolis, un clip en forme de comic-book
Il y a une semaine,le nouveau clip d’Owl City a été proposé. Cette fois, l’intrigue filmée se passe dans un lycée où un élève, amoureux des comics, regarde sans réagir ses copains se faire agresser. Tout (...)
Les Grands Prix de l'Imaginaire 2014
Les Grands Prix de l’Imaginaire 2014
Les lauréats du Grand Prix de l’Imaginaire ont été annoncé. Bande dessinée : Souvenirs de l’empire de l’atome de Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen aux éditions Dargaud Manga : The Arms (...)
Quai des Bulles 2016 : Rue de Sèvres mise sur la nouvelle série Infinity 8
Quai des Bulles 2016 : Rue de Sèvres mise sur la nouvelle série Infinity 8
L’éditeur Rue de Sèvres semble bien décidé à placer cette trente-quatrième édition du festival de Saint-Malo sous le signe du comic à la française. Avec les deux premiers numéros disponibles depuis le (...)
Avec Romance de Mars, Bruno Bellamy se lance dans l'auto-édition
Avec Romance de Mars, Bruno Bellamy se lance dans l’auto-édition
Commencé en 2012 comme la réponse à un défi du dessinateur Tomkat, Romance de Mars est devenu au fil du temps un véritable feuilleton hébergé sur le site personnel de Bruno Bellamy. L’histoire, (...)

Notes des internautes

0 vote
A lire également