Angoulême 2015 : Exposition Jirô Taniguchi, l'homme qui rêve

Angoulême 2015 : Exposition Jirô Taniguchi, l’homme qui rêve

Publié le mardi 24 février 2015 par
MAJ mardi 24 février 2015 à 10h00min

Vingt ans après sa première traduction en langue française, Jirô Taniguchi est célébré au Festival d’Angoulême par une grande exposition, la plus importante qui lui ait été consacrée à ce jour en Europe. L’un des plus célèbres auteurs japonais parmi le lectorat français non spécialiste du manga s’est déjà fait remarquer à Angoulême. Par deux fois déjà, le Festival a inscrit son nom à son palmarès officiel : Prix du scénario en 2003 pour Quartier lointain, Prix du dessin en 2005 pour Le Sommet des dieux.

L’exposition « Jirô Taniguchi, l’homme qui rêve » est une manière de célébrer le lien très particulier qui l’unit à ses lecteurs occidentaux. Aucun autre auteur japonais n’a su à ce point entrer en résonance avec les goûts et les centres d’intérêt des publics européens, toutes générations et toutes origines confondues, bâtissant au fil d’une trentaine de traductions une relation de fidélité réciproque riche et profonde, depuis la parution de L’Homme qui marche, livre fondateur de la carrière européenne de Taniguchi.

Cette exposition a permis aussi d’évoquer l’originalité du lien qui, de Moebius à Benoît Peeters ou Igort, unit Taniguchi à ses pairs européens. En écho à ce cheminement enfin, une section spécifique de l’exposition mettra plus particulièrement en relief l’actualité de Jirô Taniguchi à travers ses publications les plus récentes : le travel book à Venise paru chez Louis Vuitton à l’été 2014, son hommage au musée du Louvre coédité par Futuropolis et Louvre éditions ou son nouveau récit intimiste Elle s’appelait Tomoji chez Rue de Sèvres.

JPEG - 95.8 ko
JPEG - 59.4 ko
JPEG - 92.9 ko
JPEG - 60.1 ko
JPEG - 65.8 ko
JPEG - 83.5 ko
JPEG - 116.2 ko
JPEG - 117.5 ko
JPEG - 102.1 ko
JPEG - 114.5 ko
JPEG - 139.4 ko
JPEG - 116.1 ko
JPEG - 152.2 ko
JPEG - 104.8 ko
JPEG - 81 ko
JPEG - 101.7 ko
JPEG - 122.9 ko
JPEG - 102.8 ko

Note des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Rapport ACBD 2007 : 4- Traduction Rapport ACBD 2007 : 4- Traduction
1787 bandes dessinées étrangères (dont 1371 venues d’Asie et 253 des États-Unis) ont été traduites : un léger recul de 0,67% par rapport à l’an passé. Avec des frais structurels moins coûteux, un contenu (...)
Daricy : "Les idées de scénarios sont elles bien souvent nées au travail" Daricy : "Les idées de scénarios sont elles bien souvent nées au travail"
Daricy, de son vrai nom Éric Sauve, n’est pas un auteur de bande dessinée comme les autres. Il possède la double casquette d’auteur donc, mais aussi de policier. Une expérience bien utile pour sa (...)
Bilan 2006 du marché de la bande dessinee : entre sushis et moules frites Bilan 2006 du marché de la bande dessinee : entre sushis et moules frites
A la veille du festival de la Bd d’Angoulême, GfK, institut d’études marketing de référence sur les ventes de livres, dresse un bilan de l’année 2006 du marché de la bande dessinée. Un bon complément au (...)
Chronique Les Tuniques Bleues T56 : Dent pour dent (Raoul Cauvin et Willy Lambil) - Dupuis Chronique Les Tuniques Bleues T56 : Dent pour dent (Raoul Cauvin et Willy Lambil) - Dupuis
Après cinquante-cinq aventures passées ensemble (même un peu plus si l’on considère que les premières étaient des histoires courtes, regroupées ensuite en albums dans quelques-uns des premiers volumes), (...)
A lire également