Angoulême 2014, la tentation de l’éphémère ?

Angoulême 2014, la tentation de l'éphémère ?
Rubrique Actualité BD
Publié le samedi 1er février 2014 par
MAJ samedi 1er février 2014 à 09h30min

JPEG - 77.2 koEst-ce une mode passagère ou les prémices d’une tendance qui va se généraliser ? Cette édition 2014 du festival d’Angoulême aura quand même vu s’installer dans la rue Hergé, un lieu de passage obligé pour tous les visiteurs, à la fois une galerie "hors les murs" (voir notre article Angoulême 2014 : La galerie Glénat investit le 51 rue Hergé) et un vendeur de bandes dessinées de collection, dans un local quelque peu spartiate. On notera, au moins dans le cas du second, un avantage indéniable sur ses confrères installés sous les chapiteaux officiels puisqu’il reste libre de fixer ses horaires de fermeture. La rue Hergé est en effet très passagère jusqu’à des heures peu raisonnables pendant tout le week-end du festival.

Notes des internautes

Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?

Dans la même rubrique
Milady Graphics, un nouveau label de BD US
Milady Graphics, un nouveau label de BD US
Jusque-là spécialisées dans l’édition de romans, les éditions Bragelonne ont annoncé sur leur blog le lancement de leur collection bd sous le label Milady Graphics pour le mois de septembre 2009. Le (...)
Pas de visuel
Décembre 2010 : classement des sites bd généralistes par audience
Par manque de temps, ne nous publierons plus que les chiffres bruts dans ce classement, et laisserons à nos lecteurs le soin de calculer les écarts et les progressions de chaque domaine. Note : (...)
Devenez l'éditeur de Raoul Cauvin avec Sandawe
Devenez l’éditeur de Raoul Cauvin avec Sandawe
Le champion du crowdfunding bd européen Sandawe a lancé ces jours derniers un projet qui va faire jaser dans les salons où l’on cause bande dessinée : le scénariste émérite Raoul Cauvin vient en effet (...)
Son combat contre le cancer raconté avec humour
Son combat contre le cancer raconté avec humour
Raconter la maladie n’est jamais facile. On pêut tomber dans l’apitoiement, le superficiel, etc. Ce n’est pas le cas de Lili Sohn. Cette strasbourgeoise de naissance vit à Montréal. A 29 ans, onlui a (...)
A lire également