Chronique Deadline (Laurent-Frédéric Bollée/Christian Rossi) – Glénat

Chronique Deadline (Laurent-Frédéric Bollée/Christian Rossi) – Glénat
Rubrique Dossiers
Publié le mardi 14 janvier 2014 par
MAJ mardi 14 janvier 2014 à 09h30min

« Tu vois la rambarde, là, qui forme une ligne ?
Ça, mon pote, c’est la deadline ! Le doigt de Dieu... »

Camp d’Anderson, Géorgie, août 1864. Dans cette gigantesque prison à ciel ouvert, alors que la guerre de Sécession fait rage, le monde se divise en deux catégories : les geôliers sudistes et les captifs nordistes.
Entre les deux, la deadline. Le prisonnier qui franchit cette ligne gagne un aller simple pour l’enfer. Parmi eux, un soldat noir au calme insolent, le regard fier, intrigue le jeune confédéré Louis Paugham, affecté à la surveillance du camp...

L’histoire s’ouvre sur le meurtre de John C. Lester, l’un des fondateurs du Ku Klux Klan. Quel est le rapport avec Louis Paugham, notre personnage principal ? Il à servi à la fin de la guerre de Sécession dans un régiment où figurait Lester, que l’on retrouve quelques mois plus tard à la création du KKK. Et s’il avait été le témoin d’un fait qui allait justement mener à cette création ? C’est aussi l’idée de cet album, qui va dès lors s’écouler sur plusieurs décennies avant que Lester ne soit enfin rattrapé par son destin...
Par le jeu de Flash-back, on en apprend plus sur la personnalité de Louis Paugham, notamment à travers Philip Paugham son père adoptif. Prêcheur de l’abolition de l’esclavage et petit éditeur d’une revue idéologique, il refuse à son enfant la liberté qu’il imagine pour les autres.
Le troisième axe de cette histoire et non des moindres s’articule autour du prisonnier noir. Cet homme inconnu, plein de charisme reste un mystère ! Louis éprouve pour lui un amour inconditionnel et sans limites. Ce scénario sur fond d’homosexualité ne peut pas s’affranchir de l’excellent film de Ang Lee, « Le Secret de Brokeback Mountain ».

Coté dessin, un nouvel album de Monsieur Rossi est un événement. Une fois de plus, il arrive « encore » à me surprendre ! De magnifiques personnages charismatiques, un cadrage efficace et des couleurs directes sublimes. Christian Rossi utilise tout l’éventail de son talent pour faire sentir au lecteur l’ambiance qui règne dans cet album.

En conclusion, un scénario aux multiples thématiques, traitées un peu rapidement, qui aurait surement mérité deux tomes pour se développer, ne serais-ce que pour se régaler du graphisme.

JPEG - 188.8 ko
JPEG - 160.7 ko
JPEG - 155 ko
JPEG - 161.8 ko

Notes des internautes

Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?

Dans la même rubrique
1602 : étrange époque pour d'étranges personnages
1602 : étrange époque pour d’étranges personnages
Une nouvelle série de l’éditeur Marvel Comics transposant les super-héros au début du XVIIème siècle, réalisée par des auteurs talentueux : Neil Gaiman et Andy Kubert. Et si... on transposait les (...)
Le Combat Ordinaire - Chronique du film
Le Combat Ordinaire - Chronique du film
Le combat ordinaire nous présente des tranches de la vie de Marco, jeune homme d’une trentaine d’année, photographe de profession, souffrant de crises d’angoisse épisodiques et d’un certain mal de (...)
Les Rochester T4 - Fantômes et marmelade en avant -première
Les Rochester T4 - Fantômes et marmelade en avant -première
Ashley Mc Gregor a disparu. Il a été aperçu pour la dernière fois dans le réfectoire de son collège. S’ensuit la mort de deux autres Mc Gregor. L’un dans un pub, écrasé par un lustre, l’autre, dentiste, (...)
Festival 2017 du polar de Villeneuve-lès-Avignon : c'était comment ?
Festival 2017 du polar de Villeneuve-lès-Avignon : c’était comment ?
Cette année encore, les détectives en herbe et les passionnés du polar étaient conviés à Villeneuve-lès-Avignon pour en apprendre davantage sur ce genre qui ne cesse d’inspirer les auteurs du neuvième (...)
A lire également