Avec Lost Girls, les éditions Delcourt prennent le risque de le voir interdit par la justice française

Avec Lost Girls, les éditions Delcourt prennent le risque de le voir interdit par la justice française
Rubrique Actualités
Publié le lundi 7 janvier 2008 par
MAJ lundi 7 janvier 2008 à 04h14min

Lost Girls est-un graphique déroutant. Dessiné de manière délicate et parfois un peu désuète par Melinda Gebbie, sur un scénario du très iconoclaste Alan Moore, cette oeuvre relate la rencontre jeunes femmes très particulières dans un hôtel de la frontière franco-suisse en 1913. Ce sont Lady Alice Fairchild, aristocrate d’une soixantaine d’années, Wendy Potter, qui a épousé un homme de vingt ans de plus qu’elle et Dorothy Gale, une jeune femme très libérée. Comme pour La Ligue des gentlemen extraordinaires, Alan Moore puise dans la littérature populaire (vous aurez reconnu les héroïnes respectives d’Alice au Pays des Merveilles, de Peter Pan et du Magicien d’0z), mais en prenant résolument le parti de la sensualité. Les scènes à caractère sexuel sont nombreuses et variées, représentées de manière explicite ou parfois avec beaucoup de subtilité, mais elles font partie intégrante du propos de
l’auteur qui donne dans Lost Girls son interprétation de la modernité de l’homme qu’il associe à la perte de son innocence.

Le choix de la date n’est pas innocent, justement, et le monde environnant se prépare lui aussi à perdre certaines de ses illusions. La série a été publiée dans la revue de haute tenue Taboos à partir de 1991, mais elle a été seulement publiée sous la forme d’un coffret contenant trois albums cartonnés de 112 pages chacun en 2006 par l’éditeur indépendant Top Shelf. L’accueil critique et public a été très bon, avec un Harvey Award, une nomination parmi les dix meilleurs graphic novels de l’année sur Amazon.com, plutôt surprenant pour un ouvrage ouvertement pornographique vendu 75 $.

Reste pourtant posée la question de sa traduction en Français, et surtout les risques encourus par l’éditeur en regard de la loi française. Celle-ci réprime sévèrement toute représentation d’actes sexuels avec des mineurs, dans le but légitime de lutter contre la pédophilie, et les éditions Delcourt ont d’ailleurs préféré annuler la publication de Lost Girls en France, avant de revenir sur leur décision et annoncer sa prochaine sortie. En espérant que l’avenir contredira cet adage qu’Alan Moore met dans la bouche de l’un des ses personnages : "Seuls les fous et les magistrats ne peuvent faire la distinction entre les faits et la fiction".

Notes des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Manu Lacernet met un point final à son blog
Manu Lacernet met un point final à son blog
C’est une déception qui vient de pousser Manu Larcenet à fermer son blog Epais et tordu. Bien connu des fans de l’auteur de la série Blast Je pèse lourd. Des tonnes. Alliage écrasant de lard (...)
Wild Bill (Ballantine)
Wild Bill (Ballantine)
Derrière ce jeu de mots, se cache l’admiration du personnage de l’écossais Bill Ballantine. Géant roux de deux mètres, superstitieux, amateur de whisky, il est le compagnon d’aventures de Bob Morane. (...)
Carmen Mc Callum se dévoile
Carmen Mc Callum se dévoile
Annoncé pour avril prochain, le tome 13 de Carmen McCallum se dévoile avec une couverture. Si le scénario est assuré par Fred Duval, le dessin signé par Emem, la couverture est faite par Pierre Loyvet (...)
Arte se la joue super-héros
Arte se la joue super-héros
Le 1er, le 8 et le 15 février prochain, Arte propose un cycle sur les super-héros. A travers un documentaire en trois parties de Michael Kantor, ce cycle nous renseigne sur l’évolution de l’industrie (...)
A lire également