Gorgonzola n°19 dédié au créateur d’Horace, cheval de l’Ouest et Supermatou

BDfugue Rakuten FNAC Amazon
Gorgonzola n°19 dédié au créateur d'Horace, cheval de l'Ouest et Supermatou
Note des internautes:
0 vote
Publié le lundi 18 novembre 2013 par Mise à jour de cette page le 18 novembre 2013 à 16h05min

Désormais bien oublié, Jean-Claude Poirier fut dans les années 70 un auteur particulièrement apprécié des lecteurs. Après avoir fait ses classes dans les magazines Bibi Fricotin, L’Equipe et Record, il se révèle dans l’hebdomadaire Pif-Gadget avec Horace, cheval de l’Ouest, où il tourne le western en dérision. Puis viendra quelques temps plus tard la série Supermatou, un parodie réjouissante des super-héros où un jeune garçon et son chien Robert luttent contre leur criminel attitré Agagax, un bébé machiavélique qui ne quitte guère son landau. A partir de 1978, il collaborera brièvement au Journal de Tintin avec la série Charlotte Poireau, avant de décéder prématurément en 1980.

Cantonné dans la presse (deux albums seulement portent sa signature, mal diffusés), Jean-Claude Poirier n’avait reçu que peu de reconnaissance de la part des exégètes jusqu’ici. Un mal que la revue Gorgonzola des éditions L’Egouttoir ont entrepris de réparer avec la parution de ce dix-neuvième numéro dont voici l’argumentaire :

L.L. de Mars, Ronald Grandpey, Yvang (qui réalise également la couverture), Muzotroimil, Pinpin, Mandragore et Bé en étaient, et chacun revisite à sa manière l’œuvre d’un auteur qui les a marqué dans leur enfance. Les anciens collègues de Poirier Philippe Luguy, Jacques Kamb (qui à 80 ans devient le doyen de Gorgonzola !) et Mircea Arapu complètent l’hommage dessiné, tandis que François Corteggiani livre quatre émouvantes pages de souvenir et Christian Flamand, assistant de Poirier jusqu’à la mort de ce dernier en 1980, un témoignage précieux sur les dernières années de l’auteur.

Ces hommages et recréations sont complétés par une étude des travaux de jeunesse de Poirier écrite par le spécialiste de la bande dessinée populaire Dominik Vallet et une étude stylistique (la première du genre) de Poirier par Maël Rannou, lequel a également rassemblé de nombreux dessins et images relatifs à Poirier inédits ou peu connus.

Hors du dossier Poirier, de nombreux habitués de Gorgonzola continuent à déployer leur univers. Les Argentins Jeneverito, Dario Fantacci et Pedro Mancini, le Finlandais Marko Turunen et le Québecois Guy Boutin sont de la partie, tout comme Yann Tréhin et Alex Chauvel de Polystyrène, le Caporal et Commandant des frères LeGlatin, l’Agent Schumacher de Léo Quiévreux, Jzef, Vincent Lefèbvre, Louis-Honoré Léo et Imagex.

Ce numéro accueille également quelques nouveaux auteurs : Victor Hussenot, remarqué pour son album La Casa chez Warum, Vincent Djinda et TemPoe, ainsi que Claire Pétry, en collaboration avec Maël Rannou. Deux photographies de Janie Julien-Fort ornent les deuxième et troisième de couverture.

Infos techniques : 140 pages imprimées A5 noir et blanc, octobre 2013, 8 € + 2,35€ de frais de port.

A commander d’urgence et directement sur le site de L’Egouttoir !

Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
X-Men Days Of Past : De la France à Montréal
Hier matin, les journalistes de Montréal se demandaient pourquoi l’hotel de ville avait le drapeau français, la reconstitution des voitures des années 60.... Ce n’est qu’après que la solution a été (...)
Astérix et Obélix : la première adaptation
Grace au travail acharné de Jérôme, webmaster du site Forgotten Silver, nous apprenons un peu plus sur nos irréductibles gaulois. En février prochain, le dvd « Astérix et Obélix au service de sa (...)
Angoulême se mobilise
Le Festival d’Angoulême (29 janvier/1er février) ne pouvait rester sans rien faire face aux évènements. Si deux kakémonos représentent le fauve tenant une pancarte "Charlie", plusieurs initiatives (...)
La réponse de l’ACBD aux propos d’Alain Finkielkraut dénigrant la bande dessinée
Les philosophes font habituellement preuve de recul et de retenue. Aussi lorsque Alain Finkielkraut proclame qu’il n’a pas de temps à perdre pour ce qu’on appelait autrefois les illustrés, ajoutant (...)