Rapport ACBD 2008 : 3- Optimisation

Rapport ACBD 2008 : 3- Optimisation
Rubrique Dossiers
Publié le lundi 29 décembre 2008 par
MAJ lundi 29 décembre 2008 à 15h29min

Optimisation

95 séries (5 de plus qu’en 2007) ont bénéficié d’énormes mises en place et ont continué à se placer parmi les meilleures ventes, tous genres de livres confondus.

L’un des discours récurrents des éditeurs est de revendiquer le fait que les bénéfices obtenus avec les albums qui se vendent le mieux permettent de financer, voire d’amortir, ceux qui sont plus risqués financièrement. Comme nous avons la faiblesse de les croire, c’est avec optimisme que nous constatons qu’en 2008, 95 séries ont été tirées à plus de 50 000 ex. D’après les chiffres communiqués par les éditeurs, les plus gros tirages (hors mangas) de 2008 sont :
- “Titeuf” de Zep (1 832 000 ex.)
- “Blake et Mortimer” de Yves Sente et André Juillard (600 000 ex.)
- “Lucky Luke” de Laurent Gerra et Achdé (535 000 ex.)
- “Largo Winch” de Jean Van Hamme et Philippe Francq (490 000 ex.)
- “Le Chat” de Geluck (320 000 ex.)
- “Thorgal” de Sente et Rosinski (300 000 ex.)
- “Lanfeust des étoiles” de Christophe Arleston et Didier Tarquin (300 000 ex.)
- “Cédric” de Raoul Cauvin et Laudec (273 000 ex.)
- “XIII Mystery” de Xavier Dorison et Ralph Meyer (253 000 ex.)
- “Les Profs” d’Erroc et Pica ou “Les Bidochon” de Christian Binet (200 000 ex.)

Viennent ensuite “Game Over” de Midam, Adam et Laurent Noblet (180 000 ex.), “Les tuniques bleues” de Raoul Cauvin et Willy Lambil (167 000 ex.), “Trolls de Troy” de Christophe Arleston et Jean-Louis Mourier, “Putain de guerre !” de Jacques Tardi, “Le donjon de Naheulbeuk” de John Lang et Marion Poinsot, “Les Schtroumpfs” du studio Peyo (150 000 ex.), “Les Nombrils” de Dubuc et Delaf (146 000 ex.), 2 albums des “blagues de Toto” de Thierry Coppée (140 000 ex.)…, et bien d’autres séries -souvent déjà bien établies ou purs produits de marketing- qui contribuent également à la relative bonne santé du marché du 9e art : car ces énormes tirages font de la bande dessinée l’un des secteurs de l’édition les plus dynamiques de 2008. Mais comme les fortes mises en place sur les nouvelles séries et sur les albums plus singuliers sont de plus en plus difficiles à réaliser dans les 26 000 points de ventes potentiels, les éditeurs renforcent plus que jamais leur politique de marques…

D’après l’hebdomadaire professionnel Livres Hebdo, si le 1er trimestre 2008 aurait été médiocre, le rebond constaté au cours du 2ème trimestre s’est confirmé durant tout l’été (ainsi qu’en septembre), avec 5% de croissance. Ce phénomène est surtout visible dans les grandes surfaces culturelles où l’on trouve plus facilement “blockbusters” et mangas, ouvrages privilégiés par le système actuel. En effet, le marché du livre met toujours en avant la nouveauté au détriment du fonds, ce qui n’empêche pas les éditeurs de multiplier les rééditions : en 2008, 213 intégrales (246 en 2007), 149 tirages de luxe (86 en 2007) et 103 éditions à petit prix (79 en 2007) ont été publiés.

Notons que du côté des mangas, la situation est pratiquement toujours la même : seules 9 séries (publiées chez 5 éditeurs, seulement) assurent plus de la moitié des ventes dans leur globalité, “Naruto” en tête avec son tirage de 220 000 ex. pour chaque nouveau tome (et il y en a eu 6 en 2008) ! Bien loin derrière, les autres leaders du secteur sont “Death Note” (5 volumes à 180 000 ex.), “Fullmetal Alchemist” (4 volumes à 90 000 ex.), “One Piece” (6 volumes à 72 800 ex.), “Fairy Tail” (3 volumes de ce nouveau “blockbuster” ont été tirés à 70 000 ex.), “Samurai Deeper Kyo” (2 volumes à 66 000 ex.), “Nana” (2 volumes à 60 000 ex.), “Bleach” (5 volumes à 49 500 ex.), sans oublier “Dragon Ball Z” dont le manga adapté de l’anime (5 volumes à 70 300 ex.) cartonne toujours !

On peut rétorquer que la plupart de ces chiffres de tirages sont revus à la baisse depuis quelques années, mais il faut savoir que réimprimer coûte beaucoup moins cher qu’autrefois et que les éditeurs, prudents, ajustent au mieux leurs frais. Ceci afin de ne pas trop subir les conséquences du taux des retours qui continuent d’augmenter vu l’inflation de la production ; surtout que l’impact est beaucoup plus lourd qu’en littérature générale, du fait de l’investissement initial plus élevé (couverture cartonnée, pages en couleurs…). Le tirage moyen baisse donc encore et l’écart se creuse toujours entre les “best-sellers” et le peloton des ventes moyennes : lequel doit se situer autour des 6 000 exemplaires, en tenant compte l’édition bandes dessinées dans son ensemble.

D’après un compte rendu du groupement “bande dessinée” au sein du SNAC (Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs), un représentant du principal groupe d’éditions franco-belges aurait précisé que, pour un éditeur comme le sien, le seuil de rentabilité d’un album se situe autour de 5 000 ventes : il y a 10 ans, il fallait multiplier ce chiffre par 2 !

D’autre part, comme l’économie du secteur se concentre sur les 4 derniers mois de l’année (d’après les propos du groupe Média Participations auprès du journal Le Monde, c’est même la moitié de leur chiffre d’affaires qui est réalisé pendant cette période). Rien d’étonnant, donc, de constater que la plupart des acteurs du milieu continuent à stigmatiser la surproduction entre septembre et décembre où 1848 albums –soit 38,94% de la production annuelle (contre 1606 et 37,24% en 2007)- ont été mis en place. Et la rentrée bande dessinée commence de plus en plus tôt puisque 235 bandes dessinées ont été diffusées en librairie pendant les 7 derniers jours du mois d’août (contre 284 sur 10 jours en 2007) : une preuve supplémentaire de l’importance des distributeurs dans la chaîne du livre.

Notes des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
6 pages pour The Golden Age of DC Comics (Paul Levitz) - Taschen
6 pages pour The Golden Age of DC Comics (Paul Levitz) - Taschen
Les éditions TASCHEN vous proposent de feuilleter quelques-unes des pages de l’ouvrage The Golden Age of DC Comics écrit par Paul Levitz. Sorti en version française au mois de janvier 2013, ce (...)
Philippe Bringel (Blackfoot) : "L'Heroic Fantasy n'est pas si loin que ça du western"
Philippe Bringel (Blackfoot) : "L’Heroic Fantasy n’est pas si loin que ça du western"
Philippe Bringel est un artiste autodidacte qui s’est lancé dans le Neuvième Art en 2007 avec la série Jed-Kan. Dessinateur, mais aussi peintre et sculpteur, sa polyvalence lui apporte un style (...)
Rapport ACBD 2009 : 8- Optimisation
Rapport ACBD 2009 : 8- Optimisation
Optimisation 99 séries (4 de plus qu’en 2008) ont bénéficié d’énormes mises en place et ont continué à se placer parmi les meilleures ventes, tous genres de livres confondus. Nous l’avons déjà écrit, (...)
Le festival Saint-Saturnin-lès-Avignon 2017, c'était comment ?
Le festival Saint-Saturnin-lès-Avignon 2017, c’était comment ?
La ville de Saint-Saturnin-lès-Avignon poursuit sa promotion du neuvième art avec ses journées de la bd qui ouvrent le grand bal des festivals dédiés à ce média dans le sud de la France. Pour cette (...)
A lire également