Rapport ACBD 2007 : 1- Production

Rapport ACBD 2007 : 1- Production
Publié le lundi 24 décembre 2007 par
Note des internautes:
0 vote

La progression continue pour la 12ème année consécutive : 4313 livres de bande dessinée ont été publiés en 2007 (dont 3312 strictes nouveautés), soit une progression de 4,4%.

Toujours plus ! Ceux qui se plaignaient déjà de la surproduction du secteur vont être déçus car, une fois encore (pour la 12ème année consécutive), la production de bandes dessinées bat tous les records avec 3312 nouveaux albums (soit 76,79% du total des livres concernés par cette spécialité) diffusés dans les librairies francophones, en 2007
(contre 3195 et 77,36%, en 2006) ! Dans le contexte de l’économie du livre en général, ce secteur s’en sort assez bien : la diversité de ses catalogues semblant porter ses fruits.

Par ailleurs, les exploitations cinématographiques et publicitaires du 9ème art se pérennisent. Il faut bien reconnaître qu’aujourd’hui, les moteurs qui tirent la consommation sont plus que jamais le cinéma, la télévision, les dessins animés, les jeux vidéo, Internet et bientôt toutes les autres applications de l’industrie numérique. La commercialisation de cet art à part entière qu’est la bande dessinée est en train de changer : ne serait-ce que par l’omniprésence de ces nouvelles technologies, lesquelles favorisent une visibilité des stocks que ne permet plus la
librairie et poussent, quelquefois malgré eux, les différents acteurs de la chaîne du livre à s’adapter !

Ayant par ailleurs parfaitement intégré les notions de marketing et de merchandising nécessaires à son développement, le marché du 9ème art semble même avoir repris un tout petit peu du poil de la bête par rapport
à l’année précédente, continuant de marquer son dynamisme dans un domaine pourtant très concurrentiel : une impression générale confirmée par les 2 principaux instituts d’informations marketing du livre, Ipsos et GfK.

C’est surtout l’exploitation de nombreuses nouvelles niches commerciales et le volontarisme des éditeurs (qui sont enfin sortis de leurs contraintes de formats) qui ont permis, ces dernières années, de gagner de nouvelles parts de marché ; même si les différents publics intéressés par ce média se rabattent sur les valeurs sûres et n’ont, finalement, que peu de curiosité pour des domaines qui ne sont pas, a priori, proches de leurs préoccupations.

C’est ce qui pourrait expliquer la difficulté à construire des passerelles entre les 4 principaux lectorats :
- celui des séries asiatiques (1428 nouveaux mangas, manhwas, manhuas et assimilés sont parus en 2007, soit 43,12% des nouveautés ; contre 1418 et 44,38%, en 2006).
- celui des albums franco-belges (1338 titres parus en 2007, soit 40,39% ; contre 1290 et 40,38%, en 2006).
- celui des comics américains (227 recueils parus en 2007, soit 6,85% ; contre 239 et 7,48%, en 2006).
- celui des romans graphiques (319 livres parus en 2007, soit 9,63% ; contre 248 et 7,75%, en 2006).

Les catégories habituelles proposées par les grands éditeurs sont toujours difficiles à répartir (sachant que 839 albums, soit 82,66% des nouveautés, hors mangas et comics, s’inscrivent dans des séries) :
- l’humour progresse avec 324 albums proposés (31,92% du secteur, pour 302 et 28,89% l’an passé), tout comme l’Histoire avec 196 albums (19,31%, pour 189 et 18,08% en 2006).
- le fantastique est en léger recul avec 233 albums (soit 22,96 %, pour 242 et 23,16% en 2006), ce qui est également le cas des thrillers avec 182 albums (17,93%, pour 210 et 20,09% précédemment), et
- des ouvrages destinés aux plus petits : 80 albums soit 7,88% (pour 102 et 9,76% l’an passé).

Aujourd’hui pleinement reconnue, la bande dessinée représente, avec toutes ses composantes, un peu plus de 6,5% du chiffre d’affaires de l’édition. Elle est aussi l’un des secteurs du livre qui affiche, en 2007, la meilleure progression de ses ventes.

À ces 3312 nouveaux albums jamais encore édités sous cette forme, il faut ajouter :
- 712 rééditions (16,5% du secteur) sous une nouvelle présentation ou éditions revues et augmentées : contre 612 et 14,8% en 2006, soit 100 titres de plus.
- 204 Art books et recueils d’illustrations (4,73% du secteur) réalisés par des auteurs bandes dessinées : contre 222 et 5,37% en 2006, soit 18 titres de moins.
- 85 essais (1,97% du secteur) : contre 101 et 2,45% en 2006, soit un recul de 16 titres.
Nous arrivons ainsi à un total de 4313 livres appartenant au monde de la bande dessinée (4130, en 2006) : soit une augmentation de 183 titres correspondant à 4,4%, contre 530 et 14,7% l’année passée. Sachant que près de 60000 livres ont été publiés en 2007, la bande dessinée représente donc 7,2% de la production (pour 7,5% en 2006) des livres édités sur le territoire francophone européen. Ce recul s’explique par une progression générale du secteur du livre plus rapide que celle de la bande dessinée.

Cette situation du “toujours plus” profite surtout aux grands éditeurs (en ce qui concerne la bande dessinée, ils ont publié 1018 nouveautés, soit 30,74%, contre 1045 et 32,7% en 2006), au détriment de la petite édition (de moins en moins indépendante) et des alternatifs qui progressent pourtant fortement, en totalisant 613 parutions, soit 18,51% des nouveautés (contre 493 et 15,43% en 2006).

Cela n’empêche guère la plupart des acteurs du milieu de continuer à stigmatiser la surproduction, particulièrement pendant les 4 derniers mois de l’année où 1606 albums -soit 37,24% de la production annuelle (contre 1150 et 35,99% en 2006)- ont été mis en place. Et la rentrée bande dessinée (gonflée par les “blockbusters”) commence de
plus en plus tôt : 284 bandes dessinées ont été publiées pendant les 10 derniers jours du mois d’août !

Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Chronique Une nuit à Rome T1 (Jim) - Bamboo/Grand Angle
Elle a le regard encoléré de ceux qui atteignent les lisières. Ceux qui scrutent l’horizon de leurs yeux d’aveugles. Elle aurait pu se retrouver ailleurs ; ses pas auraient pu ne pas la conduire (...)
Giorgio Rebuffi, le père d’Elastoc et de Pougatchoff
Toujours à sa planche à dessin, toujours le pinceau à la main, Giorgio Rebuffi est ce dessinateur italien qui a oeuvré dans nombre de journaux français des années 50 à 80 (PIPO, PIM PAM POUM, PEPITO, (...)
Ai Yazawa
Ai Yazawa (あい 矢沢, née le 7 mars 1967 dans la préfecture de Hyōgo) est une dessinatrice de manga. Son nom de plume provient de celui du chanteur Eikichi Yazawa dont elle est fan. Biographie (...)
Un fond d’écran pour Heavy Liquid
Pour la sortie de Heavy Liquid par Paul Pope, les éditions Dargaud vous offrent ce fond d’écran. Mode d’emploi : Un clic sur les vignettes du portfolio affiche le fond d’écran au format 1600 x 1200 (...)