Affaire Vilebrequin : conflit entre KSTR et les auteurs

Affaire Vilebrequin : conflit entre KSTR et les auteurs

Publié le jeudi 14 juin 2007 par
Mise à jour de cette page le 7 mars 2019 à 13h24min

Note des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté

Dans les bandes dessinées classiques des années 60, il était de coutume de laisser planer le suspens dans la dernière case de chaque planche, ceci afin d’entraîner le lecteur à poursuivre sa lecture, ou de lui donner l’envie de se procurer le numéro suivant dans le cas d’une prépublication en périodique.

Une double page extraite de l’album Vilbrequin
Vilebrequin © Obion/Le Gouëfflec/Casterman

Le fait que les auteurs considèrent une planche dans sa globalité ne date donc pas d’hier, et l’album Vilebrequin de Obion et Le Gouëfflec aux éditions KSTR le prouve s’il en était encore besoin. Cet album regroupe des petites scènes en deux pages, destinées à être publiées en vis-à-vis, comme le montre l’image ci-contre.

Fruit d’une négligence de l’éditeur KSTR, chacun des 8 000 exemplaires imprimés, et déjà disponibles en librairies, comporte un décalage en début de volume, ce décalage se répercutant évidemment tout au long de l’album, et les pages qui devaient se trouver côte-à-côte sont à présent dos à dos. On comprend évidemment la déception des auteurs.

Mais la négligence, qui se serait résolue d’elle-même en détruisant ces exemplaires et en procédant à un retirage, s’est aggravée par le cynisme de l’éditeur qui a pris la décision de diffuser les exemplaires contrefaits en librairie contre l’avis des auteurs. Quitte à procéder malgré tout à l’échange des exemplaires défectueux lors d’un nouveau tirage prévu au mieux pour la fin du mois de juillet, une promesse faite à la suite d’une tentative de conciliation syndicale menée par le SNAC-Groupement des Auteurs de Bande Dessinée.

La pire des solutions de notre point de vue, puisqu’elle pénalise le lecteur, dont le plaisir de la lecture est gâché, les auteurs, dont le travail a été dénaturé, et le jeune éditeur KSTR, dont la réputation ne peut que s’en trouver ternie.

Affaire à suivre sur :
- Le Blog d’Obion
- Le Blog de KSTR

Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Après Rock Lee, un deuxième Spin-Off de Naruto
Alors que le manga Naruto prendra fin avant la fin de l’année au Japon, une deuxième série spin-off est annoncée dans l’univers des ninjas. Si la première faisait intervenir Rock Lee, la deuxième mettra (...)
Angoulême 2019 : La sélection jeunesse
Composé d’enfants de huit à douze ans, accompagnés de Claire Fauvel et Julia Billet, lauréates en 2018, le jury du Fauve Jeunesse décernera son prix parmi la liste des dix ouvrages suivants : (...)
Le Nao de Brown c’est pour bientôt
Qualité plutôt que quantité. Voici la marque de fabrique d’Akiléos. On vous parlait récemment des 10 ans de cette structure et de ses choix éditoriaux. Vous pourrez vérifier une nouvelle fois un choix (...)
Editions Alain Beaulet : les parutions du mois d’octobre 2008
Les éditions Alain Beaulet fourbissent leurs armes pour la prochaine édition du festival Quai des Bulles. Parmi les nouveautés annoncées, nous avons relevé : Marée Basse (François Avril) Dessins des (...)
Suivez-nous!
La newsletter BD du vendredi