Le Spirit : Résurrection (Darwyn Cooke & Jeph Loeb) – Panini Comics

Le Spirit : Résurrection (Darwyn Cooke & Jeph Loeb) – Panini Comics
Rubrique Dossiers
Publié le mardi 23 septembre 2008 par
MAJ mardi 23 septembre 2008 à 16h26min

Ce recueil de 5 histoires porte bien son nom puisqu’il s’agit véritablement du retour du Spirit dans le monde de la bande dessinée américaine.

Le Spirit, créé par Will Eisner à la charnière des années 40 et 50, mène des enquêtes policières sur fond de fantastique, avec un humour ravageur, un zeste d’érotisme (du moins ce qui était considéré comme tel à l’époque, le physique plutôt avenant du héros faisant régulièrement craquer tout personnage féminin passant à sa portée, ce qui ne le laisse pas toujours de marbre il faut bien l’avouer), et un solide second degré. Avec le Spirit on nage en plein pulps.

Will Eisner, ce géant de la BD américaine (il a, entre autres, inventé à lui seul le concept de graphic novel, ce dont un certain Frank Miller lui sera à jamais redevable par exemple), disparaît en 2005, mais il y avait déjà pas mal de temps qu’il avait fait prendre sa retraite à son personnage fétiche.

Ce qui n’a pas empêché DC Comics, il y a quelques années, de commencer à rééditer les aventures du Spirit au sein de sa collection « Archives ». Et, de fil en aiguille, il semble que l’idée ait alors germé dans l’esprit des décideurs de l’éditeur américain de faire sortir le justicier masqué de sa réserve et de mettre l’un de leurs plus talentueux collaborateurs au travail sur cette résurrection.

Ce sera le scénariste et dessinateur Darwyn Cooke (Batman, Catwoman, Green Lantern) qui s’y collera. Et force est de dire que le bonhomme livre un travail fort respectueux de l’original, avec néanmoins son style propre, évidemment. Les 4 histoires de ce recueil mettent en scène les principaux personnages créés par Will Eisner : le jeune chauffeur de taxi Ebony (qui tombe toujours à point nommé pour sauver le Spirit des pires situations), le commissaire Dolan (père spirituel du héros) et sa fille Ellen (épouse ô combien patiente, quoi que pas toujours, du justicier), ainsi que les méchants récurrents, Octopus (le traditionnel apprenti maître du monde qui se heurte inéluctablement au Spirit dans ses visées dictatoriales, et dont on ne voit jamais le visage, aurait-il un bouton sur le nez ?) ou la vamp P’Gell (croqueuse d’hommes autant que de diamants, au charme redoutable et vénéneux, secrètement amoureuse du justicier).

Tout ce petit monde évolue dans l’univers créé par Eisner, univers élégamment restitué par Cooke. Même si le nouveau Spirit est bel et bien ancré dans notre 21ème siècle, l’esprit des années 40 et 50 reste malgré tout sous-jacent, proposant du coup un savoureux cocktail temporel délicieusement acidulé et sucré.

Au passage Cooke revisite même une partie du passé du héros, comme dans l’histoire « Résurrection » où l’on apprend comment le jeune inspecteur de police Denny Colt est devenu le Spirit.

N’oublions pas non plus, en guise d’apéritif, l’histoire par laquelle ces nouvelles aventures du Spirit ont démarré, « Crime convention », en l’occurrence la rencontre entre Batman et le Spirit pour faire échec au plan machiavélique concocté par les vilains des 2 univers afin de tuer les 2 commissaires, Gordon et Dolan. Une action qui se situe à Central City, la ville du Spirit, où 2 conventions se tiennent simultanément, une de la police, l’autre de la pègre, la seconde n’étant donc qu’un prétexte devant permettre l’élimination des 2 chefs des forces de sécurité. La confrontation entre Batman et le Spirit ne sera pas de tout repos, les deux justiciers n’ayant pas tout à fait la même façon de voir quant à la manière de la rendre, la justice. Là où le Spirit prend tout avec un certain détachement, pour ne pas dire une certaine désinvolture, voire une certaine insouciance, Batman, fidèle à lui-même, est pour des méthodes nettement plus musclées, et, surtout, totalement dénuées d’humour. En prime le Spirit ne croit absolument pas en l’existence de Batman, ce qui n’arrange rien.

Pour cette histoire Darwyn Cooke est rejoint au scénario par un grand spécialiste de l’univers de Batman en la personne de Jeph Loeb (scénariste surdoué de séries télé qui passera avec succès aux comics : Uncanny X-Men, X-Man, Superman, Daredevil, Spiderman, Hulk, Supergirl, Wolverine, en plus du Dark Knight). Je vous recommande ce chef-d’euvre d’humour et de dérision. Certainement l’un des crossovers les plus réussis pour Batman.

Le Spirit : Résurrection
Scénaristes : Darwyn Cooke, Jeph Loeb
Dessinateur : Darwyn Cooke
Editeur : Panini Comics
136 pages
13 euros
Parution le 10 avril 2008

Notes des internautes

0 vote
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Commentaires
Partagez vos commentaires à propos de cet article, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Dans la même rubrique
Dorian Gray (Enrique Corominas d'après Oscar Wilde) - Daniel Maghen
Dorian Gray (Enrique Corominas d’après Oscar Wilde) - Daniel Maghen
Pourquoi son nom me transporte-t-il toujours dans son atelier le jour où il acheva ce portrait, voilà plus de dix-neuf ans ? Veux-tu prendre le temps d’écouter mon histoire ? Moi, j’ai tout le temps (...)
Pandala T1 en avant-première
Pandala T1 en avant-première
Décidément, Ankama éditions n’est jamais là où on l’attend. Après le manga-like Dofus, puis Mutafukaz, comic nourri à la téquila, voici le nouveau Pandala, sorte de fable en couleur directe. Relatant la (...)
Chronique Un secret (Eric Wantiez et Marie Deschamps) - Comme une orange
Chronique Un secret (Eric Wantiez et Marie Deschamps) - Comme une orange
La sélection estivale était belle : 6 nouveautés dont l’excellent "Saga", prix Will Esneir ou encore "Ardalén", sélection canal BD, auxquelles nous avions ajouté 4 ouvrages d’auteurs présents au (...)
Un révérend, un vampire et une tueuse
Un révérend, un vampire et une tueuse
Dieu a démissionné. Et au Ciel, c’est la panique. Genesis, une puissante entité issue de l’accouplement coupable d’un Séraphin et d’une démone, est sur terre et menace les fondements même de l’ordre (...)
A lire également