Biographie

Quand il voit le jour à Paris et que le démon de la bande dessinée hante ses rêves d’enfant, que faire ? A Paris, pas d’école pour parfaire un apprentissage à la B.D. ; il y a Angoulême, bien sûr, mais il entend parler de l’Institut Saint-Luc, à Liège. 1990 : Ralph Meyer débarque à Liège.

Il commence la tournée des éditeurs, sans grand succès. Comme il a confiance en son dessin, il se dit qu’il le marierait bien avec un excellent scénario. Et c’est la rencontre (pas du tout fortuite) avec Tome. Il en sortira ’Berceuse assassine’

Entre-temps, Bruno Gazzotti avait quitté Bruxelles pour retourner à Liège et ils ont sympathisés, grâce à Tome. Très vite est née l’idée de fonder un atelier réunissant ces grands solitaires que sont les dessinateurs de bande dessinée.

Leurs styles s’accordent-ils vraiment ? C’est ça qui est passionnant ! Gazzotti est plutôt du genre humoristique, tandis que celui de Ralph Meyer, c’est le réalisme. Ils ont pu s’entraider, tantôt sur ’Soda’, tantôt sur ’Berceuse assassine’.

Tome partage avec tous les grands scénaristes un trait qui ne trompe pas : il fournit ses pages au compte-gouttes. On imagine ce que peuvent faire des dessinateurs dans un atelier tandis qu’ils attendent le scénariste : s’adonner aux joies du Pictionary, affiner le carénage d’avions en papier, réinventer le sourire de la Joconde, etc. Gazotti a eu l’idée des ’Lendemains sans Nuage’ (Le Lombard).

En 2002, il termine la trilogie de « Berceuse Assassine ».

Le Prix Abracadabulles 2002 est attribué à Berceuse Assassine.

© Dargaud

Bibliographie
Liens