Symphonie carcérale 9782368461761

Symphonie carcérale

Scénariste: Dessinateur: Julien Bouqé
Parution: 19 septembre 2018

Romain est derrière les barreaux depuis plus de dix ans… mais rentre chez lui tous les soirs. Coordinateur culturel au sein du Centre pénitentiaire de Fresnes – l’un des plus grands et des plus connus du pays -, il raconte, dans ce témoignage plein d’humour et sans concession, son combat quotidien pour permettre aux personnes incarcérées d’avoir accès à la culture. Et notamment à des concerts.

De son expérience dans une prison du Honduras, parmi des membres du gang de la Mara Salvatrucha, à celle qu’il poursuit désormais à Fresnes ; de la performance mémorable de Johnny Cash à Folsom en 1968 aux concerts qu’il organise aujourd’hui en détention, suivez-le dans un univers méconnu en compagnie des artistes qui contribuent à faire résonner cette Symphonie carcérale et offrent des perspectives d’évasion…musicale, bien entendu !

Chronique

L’univers carcéral n’est pas le thème le plus abordé en bande dessinée, la faute à la grande difficulté à retranscrire avec justesse cet environnement méconnu dans son entièreté. Car la prison ce n’est pas que la violence, l’isolement et quelques clichés véhiculés par les médias. C’est aussi des histoires d’amitié, des rencontres et des découvertes.
C’est cet autre visage qu’a souhaité montrer Romain Dutter en signant cet album. Avec Bouqé au dessin, il livre un témoignage de son expérience de coordinateur culturel qui lui permet d’aborder chaque aspect de cet univers de routine où chaque distraction a un goût de liberté.

L’histoire en deux mots :
Un homme joue au squash avec un ami. Entre deux échanges il lui annonce vouloir réaliser une bande dessinée sur son travail de coordinateur culturel en prison et ainsi pouvoir parler de son expérience entre ces murs. De parler de ces hommes et ces femmes, leurs espoirs, leur quotidien et sa vie d’homme libre en prison. Mais aussi d’évoquer son travail et ses difficultés entre lenteurs administratives et préjugés sur l’utilité de la culture pour ces occupants.

Le scénario :
Dans cet album, Romain Dutter ne se contente pas d’être un rapporteur de la vie en prison, il se raconte en n’occultant aucun aspect de sa vie. Que ce soit son expérience marquante dans une prison du Honduras, ses périodes de doutes à son retour à Paris avant de trouver à Fresnes une voie en adéquation avec ce qu’il est. La description de chaque étape de sa vie sont touchantes et transpirent la sincérité, ce qui crée un lien immédiat entre le lecteur et le récit. Ce dernier se prend au jeu d’une vie pas comme les autres pour se questionner sur ce qu’il aurait fait à sa place.
Le choix du scénariste d’introduire le milieu carcéral par la musique est une véritable bonne idée car ce média possède un dénominateur commun à chaque personne, quel que que ce soit son milieu social. En parlant de son action, il tente de montrer avec pudeur et justesse tous les aspects de cette vie enfermée sans tomber dans les clichés : les espoirs, les attentes, les conditions de vie et tout ceci avec la musique en toile de fond. L’auteur utilise notamment les paroles du rappeur Passi pour décrire l’insalubrité dans les lieux de détention.
Il utilise à très bon escient la relation entre la musique et la prison pour montrer le lien étroit qui les uni en évoquant les concerts donnés dans ce type d’enceinte devenus de véritable légende comme celui de Johnny Cash à Folsom. Il souhaite également l’investissement de certains artistes dans la prison de Fresnes afin d’offrir une échappatoire à leurs pensionnaires comme a pu le faire Barbara durant des années.
Le scénariste a pris soin d’illustrer cette relation en incorporant énormément de paroles de musique dans les cases. Ce procédé, en plus de servir le récit, est un véritable vecteur de curiosité incitant le lecteur à découvrir les nombreux titres d’où proviennent les chansons.
Cependant, l’auteur montre aussi les difficultés qu’il rencontre avec certains groupes mais à travers chaque page, chaque portrait, chaque anecdotes il prouve le pouvoir de la musique et les émotions qu’elle donne à son public comme à ses acteurs. Romain Dutter livre un témoignage saisissant d’un homme libre en prison partageant les regret et les espoirs de ses occupants en quête d’une deuxième chance et qui trouve avec la musique un peu d’évasion.

Le dessin :
Bouqé signe ici son premier roman graphique et il est indéniable que cette première est une réussite. Son style doux et nuancé colle parfaitement à l’histoire. Même si son trait se veut épuré pour laisser une grande place au récit, il déborde de détails qui attirent l’œil à chaque case. Il parvient à dégager une certaine poésie qui adouci l’album malgré le thème abordé.
Le dessinateur parvient notamment à retranscrire parfaitement les émotions et le ressenti des prisonniers vis à vis de la musique. Les personnages dégagent un truc en plus, comme un supplément d’âme dans cet environnement froid et difficile. Bouqé a également repris avec brio les traits des personnalités qui traversent l’album comme Barbara ou encore Rachid Taha que le lecteur reconnait au premier coup d’œil. Il se dégage du trait de Bouqé comme une certaine mélancolie collant parfaitement à l’ambiance du tome et à la psychologie des personnages. Les environnements sont sobres mais reprennent avec exactitudes les détours de la prison montrant le quotidien de ses occupants et ses lieux que le lecteur connait mal. Cela permet d’avoir un autre regard sur la prison et d’en apprendre plus sur ce qu’il en retourne. La mise en couleur est superbe et laisse une grande place au noir et blanc avec des pointes d’orange qui soulignent des éléments graphiques importants dans chaque case. L’auteur permet au lecteur de reprendre son souffle avec des dessins en pleine page et un découpage audacieux qui laissent un grande place au récit. Dans ce tome où le dessin est au service d’un récit complexe, le dessinateur parvient à trouver le juste milieu pour que son trait discret serve au mieux ce récit sincère.

Symphonie carcérale est une incroyable surprise montrant que la musique est un formidable vecteur d’évasion et de rapprochement entre les personnes. Ce récit sincère montre un visage différent de la prison, mettant le lecteur face à ses aprioris sur un lieu mal considéré. Un tome pour les amoureux de la musique qui trouveront à travers chaque page des artistes qu’ils ont aimés ou qu’ils souhaiteront découvrir. Mais ce tome s’adresse également aux curieux qui verront que la musique et la détention sont des éléments inséparables.

Par Vivien Arzul

1 édition

Symphonie carcérale
26 septembre 2018
Album 176 pages
ISBN: 9782368461761
EAN: 9782368461761
Editeur: Steinkis
Avis
N'hésitez pas à partager vos commentaires à propos de l'ouvrage Symphonie carcérale, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

Extraits