Jimmy's bastard 9782360140657

Jimmy’s bastard

Scénariste: Dessinateur: Russ Braun
Parution: 1er juin 2018

Jimmy Regent n’est pas seulement le meilleur espion de Grande-Bretagne, il collectionne aussi les jolies femmes et les aventures sanglantes : une parodie de James Bond où le héros pourrait perdre de son panache face à sa dernière conquête féminine.

Chronique

La culture comics séduit de plus en plus le marché hexagonal et certains titres qui en sont issus représentent même les meilleures ventes de livres dans notre pays. Désormais, chaque éditeur possède sa propre collection consacrée à la bande dessinée américaine.
Snorgleux Comics est une jeune maison d’édition dirigée par des passionnés et propose des titres variés avec un fort potentiel. C’est le cas aujourd’hui avec un titre aux capacités indiscutables signé Gath Ennis, scénariste virtuose à qui l’on doit The Boys et quelques-uns des meilleurs arcs narratifs du Punisher. Jimmy’s bastard est une pépite à l’humour corrosif sublimé par le trait de Russ Braun, que l’on a déjà pu voir à l’oeuvre sur The Boys ou Batman.

L’histoire en deux mots :
Alors qu’un dirigeable enflammé fonce à vive allure vers les immeubles de la City londonienne, un agent du célèbre MI6 se charge des terroristes responsable de l’incendie. A grand coups de revolver dans les testicules, l’espion met fin à la menace avant de s’occuper du cerveau de l’opération : il s’écrasera avec le dirigeable. Cet agent aux aptitudes irréfutables retrouve la quiétude de son organisation en attendant sa prochaine mission. Entre deux parties de jambes en l’air, il est loin de se douter qu’un mystérieux groupe encapuchonné a juré sa perte et échafaude un plan diabolique pour reléguer Jimmy Régent au rang de un souvenir.

Le scénario :
Avec Jimmy’s bastard, Garth Ennis reprends les ingrédients qui ont fait le succès de The Boys. Il choisit d’adapter un genre bien connu de la culture populaire en y ajoutant un humour corrosif et décalé. Ce cocktail explosif fonctionne à nouveau, porté par un personnage charismatique aux traits moraux parfois discutable. En effet, le personnage de Jimmy souffle le chaud et le froid, il se montre à la fois héroïque avec un mépris du danger incroyable, mais est il également sexiste, grossier, et possède un penchant certains pour les boissons alcoolisées.
Son sens de la répartie incroyable donne un plus certain à son inégalable charisme. Tous les personnages qui remplissent les cases de cette album jouissent également d’un "je ne sais quoi" unique qui amplifie la richesse narrative du tome. C’est le cas notamment pour le grand méchant, qui par son comportement délicieusement ridicule, en fait un adversaire unique. La dualité surprenante qui l’oppose au héros se pose en véritable toile de fond dans le récit et contribue à l’immersion du lecteur dans l’intrigue.
L’humour, présent tout au long de l’album, est désopilant même s’il peut paraître impudent, voire noir. Mais il se trouve diaboliquement efficace et fait mouche à chaque fois. Que ce soit à travers les dialogues ou les situations cocasses, il est impossible de ne pas rire lors de la lecture de Jimmy’s bastard.
Le créateur de The Boys utilise savamment l’humour et la violence pour faire rire son lectorat et l’embarquer dans ce récit à cent à l’heure. En effet, le rythme narratif soutenu tient le lecteur en haleine à chaque page et Garth Ennis réussit de nouveau son coup en livrant un récit rythmé et drôle avec un personnage aussi détestable qu’attachant.

Le dessin
Russell Braun livre un album sans aucune fausse note graphique. On perçoit le plaisir qu’il a pu avoir à mettre en image le scénario d’Ennis. Cette nouvelle collaboration entre les deux hommes témoigne de leur alchimie. Le dessinateur a pris un soin particulier dans la création des personnages et a su mettre l’accent sur les mimiques et les exagérations de ces derniers. On peut l’observer avec le premier adversaire du tome pour lequel il a amplifié les traits et montrer sa dangerosité tout en le rendant ridicule. Certaines scènes réalisées par Russell Braun représentent à merveille l’humour noir de l’album, comme c’est le cas avec l’exécution peu orthodoxe des hommes de main dans la séquence du début.
De plus, en tournant la mort en ridicule, le dessinateur accentue le côté risque-tout du héros.
Chacun des acteurs de l’histoire jouit d’une aura unique et contribue à la richesse visuelle de l’album. En effet Jimmy est l’archétype de l’espion et le dessinateur a fait en sorte que le lecteur le voie du premier coup d’œil. Cependant, l’auteur brise aussi les codes de l’espion en le montrant dans des situations peu avantageuses, voire drôles. L’identité graphique du tome est très marquée et permet de situer le récit immédiatement, et ainsi d’impliquer dès la première case le lecteur.
Les planches sont très dynamiques grâce notamment à un découpage utilisé avec brio. Russell Braun alterne les planches regorgeant de cases pour les scènes d’action et fourmillant d’informations pour le lecteur. On se surprend à scruter chaque case pour découvrir la multitude d’éléments qui peuplent les vignettes. On observe ce procédé dès le début de l’album, lors de la chute du Zeppelin, avec les nombreux détails en arrière-plan montrant sa rigueur graphique.
De plus, les dessins qui servent à chapitrer le tome sont superbes et contribuent à la richesse graphique de l’album. La mise en couleur numérique apporte un aspect moderne en corrélation avec le genre et ne gâche en rien les planches superbes du dessinateur.
Russell Braun nous revient avec un tome soigné dans lequel il montre tout le plaisir qu’il a éprouvé à donner vie à cet espion hors du commun.

Jimmy’s bastard est une série à l’humour corrosif et efficace. Garth Ennis signe une histoire à la hauteur de se prestigieuse bibliographie. Il a su avec talent dépoussiérer le mythe de l’espion avec ses ingrédients. Le choix de Russell Braun au dessin sonne comme une évidence tant leur collaboration est d’une efficacité à toutes épreuves.
Jimmy’s bastard est la nouvelle grosse bombe irrévérencieuse du comic et permet à Snorgleux Comics de taper fort dans le domaine.

Par Vivien Arzul

1 édition

Jimmy's bastard
1er juin 2018
Album
ISBN: 9782360140657
EAN: 9782360140657
Editeur: Snorgleux
Avis
N'hésitez pas à partager vos commentaires à propos de l'ouvrage Jimmy’s bastard, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter