Le domaine de l’édition dans le monde du neuvième art est un secteur très concurrentiel, où chacun doit trouver sa place afin de se différencier des éditeurs historiques. Super Loto Editions fait partie de cette bataille et a choisit un angle d’attaque pertinent. En effet, cette dernière met l’accent sur la qualité de l’édition de ses albums. De plus, cette maison de publication à été fondée par des amoureux de la bande dessinée et souhaite par cet intermédiaire mettre en avant le travail de l’artiste grâce à une édition sublimant l’album.
C’est sous cette forme qu’est sorti récemment chez cet éditeur Jurassik Reich, un album atypique flirtant avec le grotesque avec son anachronisme, mais aussi riche de nombreuse références qui font de ce tome une curiosité à ne pas manquer.

L’histoire en deux mots :

JPEG - 25.1 ko
Extrait Jurassik Reich (Félix Kerjean) - Super Loto Éditions

Dans la préhistoire, la vie suit paisiblement son cours, alors que les herbivores partagent un moment de sérénité loin des prédateurs près d’un point d’eau, une météorite fend le ciel. Un saurolophus en quête de nourriture s’enfonce dans la végétation environnante et, après quelques mètres, tombe nez à nez avec une chose inconnue... une botte.
Cette dernière appartient à un soldat nazi suivi de toute une armée. Cette dernière est bien décidé à investir la préhistoire avec tout la technologie guerrière du XXème siècle. La légion hitlérienne va profiter de sa supériorité technologique pour reproduire les exactions commises à leurs époques en commettant génocide et autres expérimentations scientifiques, laissant même vagabonder leurs désirs avec les occupants de cette lointaine époque. La Wehrmacht est bien décidée à s’approprier cette période éculée afin d’y imposer son implacable loi à grand renfort de bombe et ainsi faire du troisième Reich un règne éternel.

Le dessin :
Le dessinateur a conçu cette sympathique uchronie comme un journal de guerre constitué uniquement d’illustrations. Ce procédé est réellement une bonne idée car il crédibilise le tome dans le contexte et permet une immersion totale dans cette invasion fantasque. L’auteur a particulièrement bien utilisé ce format pour dépeindre l’avancée des troupes, comme s’il était lui-même l’auteur et le témoin de cette dernière.
Il montre avec brio leur quotidien dans le paléolithique qui oscille entre exactions, jeu sanglant et expérience déconcertante. Le graphisme du tome n’est pas empreint d’un réalisme saisissant, pourtant le trait de Félix Kerjean colle parfaitement à l’ambiance de l’album. En effet, il s’en dégage un côté un peu candide qui pose un voile sur certaines scènes drôles mais sanglantes. Cet aspect du trait de l’auteur renforce l’immersion dans le récit car il donne l’impression que c’est un soldat qui le réalise.
L’auteur a pris grand soin dans la réalisation des dinosaures, mais aussi des engins de guerre et montre à travers chacune de ses illustrations un grand travail de recherche. L’album a beau partir d’une idée farfelue, Félix Kerjean a su l’enrichir nombreuse référence graphique renvoyant à l’art, la culture pop ou le cinéma. Au fil des pages, le lecteur découvrira des renvois subtils et habiles à La Grande vadrouille ou encore à Star Wars au sein de l’univers déjanté de Jurassik Reich.
Cependant, le dessinateur ne se contente pas de faire de sympathiques apostilles à travers ses dessins. Il en profite pour monter toute la barbarie dont les nazis peuvent faire preuve. De plus, la mise en couleurs chatoyante du tome sert à merveille ce dernier, et met en valeur les détails importants de chaque illustration. Félix Kerjean parvient à travers son drôle de journal de guerre à livrer une uchronie graphiquement plaisante et réjouissante.

JPEG - 368.1 ko
Extrait Jurassik Reich (Félix Kerjean) - Super Loto Éditions

Le scénario :
L’album à beau être une suite d’illustration, il se dégage clairement une trame narrative dans ce dernier. Le scénariste montre au fil des pages la progression et l’acclimatation des soldats nazis à l’ère préhistorique, de leurs arrivés rocambolesques jusqu’à... la fin du tome. Il montre admirablement bien l’adaptation de cette Wehrmacht hors du temps ainsi que l’évolution de leurs folies meurtrières. L’auteur ne se contente pas de raconter des séries de gags à l’humour noir ou dérangeants avec ses dessins. Il montre à travers son tome la folie des nazis et leur affection certaine sur le fait d’infliger la souffrance ou leur goût pour la torture. Il fait également un parallèle intéressant avec la véritable Histoire, il montre sur certaines illustrations des recherches expérimentales sur des dinosaures qui font penser à certaines expériences menées lors de la seconde Guerre Mondiale par des pseudo-scientifiques torturant au nom de la science des prisonniers.
Mais la grande force de cet album réside en son humour, qui ne conviendra certes pas à tous, mais qui fait souvent mouche. Cette suite de situations parfois absurdes cueille le lecteur et le fait rire aux larmes tant les faits décrits sont fous. Félix Kergean a su savamment doser l’humour noir et les références artistiques dans son album pour que le lecteur ait toujours un petit sourire coupable aux lèvres. Enfin sa fin rocambolesque et étonnante histoire finira de dérouter le lecteur après avoir terminé le tome.

L’éditeur :
Une fois n’est pas coutume, je vais me pencher sur le travail d’édition de l’album, tant il est remarquablement réalisé. On perçoit la passion pour le neuvième art de Super Loto Éditions à travers l’achèvement du tome, le papier de belle qualité met en valeur les illustrations de Félix Kerjean. La couverture est une superbe jaquette qui donne à l’album un cachet étincelant et fait de cette édition un formidable travail. Avec Jurassik Reich, Super Loto Éditions montre son exigence en terme de publication et de respect du travail de l’auteur. Elle exhale par ces nombreux exemples son amour et sa passion pour toutes les bandes dessinées.

Jurassik Reich est un album au titre aguicheur qui saura plaire aux amateurs de beaux livres et d’uchronie fantasque. Enfin, Félix Kerjean a su saisir parfaitement l’essence même du journal de guerre pour le transposer dans son album et jongler habilement avec un humour particulier, distillé adroitement.

Commentaires
Dans la même rubrique
Les connaissez-vous?