Présentation

Les auteurs du journal d’Henriette et de Monsieur Jean, Grands Prix d’Angoulême 2008, s’attaquent cette fois aux bobos. Leur dessin est toujours aussi beau et enlévé, leurs couleurs superbes et leur humour vise toujours aussi juste. Et c’est avec une auto-distanciation assumée et un second degré réjouissant, une ironie parfois désabusée mais jamais désespérée qu’ils brossent cette approche quasi ethnologique du monde des bourgeois-bohèmes.

2 titres dans cette série
Avis