Trésor de Christophe Colomb (Le)

Trésor de Christophe Colomb (Le) Critique de Vivien Arzul

Parution: 15 février 2023
1 édition recensée
Sur l’île des fantômes, le Baron Mort Lente se livre à d’étranges expériences sur le frère de Cormac qu’il s’apprête à transformer en zombie. Il a compris l’importance du lien unissant le jeune rebelle irlandais à Erzuli, divinité de la beauté (...)

La piraterie a toujours été une source intarissable d’histoires, les pirates célèbres traversant même la grande histoire pour devenir des personnages mythiques à part entière. L’inépuisable Jean-Pierre Pécau, secondé par Darko Perovic et Nuria Sayago, revient nous livrer sa vision de la piraterie, entre aventure sanguinaire et rites vaudous.

L’histoire en deux mots :
Depuis son arrivée en Jamaïque, Tormac s’est habitué aux us et coutumes de la piraterie, mais aussi à la dimension étrange de ces terres. Le jeune homme semble être la cible de l’intérêt du baron mort lente et des Loas du vaudou. Mais pourquoi un Irlandais si loin de chez lui serait l’objectif de ces forces obscures ? Et quel est le rôle du jeune homme dans ces trames mystiques ?

Le scénario :
Après un premier tome qui pose les bases de cet environnement envoûtant, associant intelligemment la traite négrière et rite vaudou, le scénariste continue son exploration dans deux environnements fascinants, le vaudou et la piraterie. L’auteur aborde sans concession dès le début du tome la cruauté de certains capitaines en lien avec les forces noires. Les rites vaudous ou autres, bien que sujet à débat, sont bien expliqués et apportent de la crédibilité à ce récit dans lequel chacun cache sa part d’ombre.
Les personnages sont en grande majorité charismatiques avec ce second opus, le baron mort lente crève littéralement les planches par son inhumanité, sa connaissance de l’occulte et son autorité naturelle.
Après avoir été dans la découverte, le personnage et le lecteur sont dans ce nouveau tome dans l’apprentissage de ces forces inconnues, qu’elles soient vaudou ou non. Et voilà véritablement le point fort de l’album, car cela apporte une nouvelle dimension au personnage en lui offrant un potentiel incroyable pour la conclusion de l’histoire dans le dernier tome.
Jean-Pierre Pécau ne s’est pas contenté de capitaliser sur un bon premier tome, il apporte avec ce nouvel opus d’autres trames plus approfondies qui ajoutent encore plus de richesse à cette série envoûtante

Le dessin :
Une nouvelle fois, la couverture réalisée en couleurs directes est une véritable invitation à découvrir l’album, elle laisse entrevoir un élément important de ce dernier en laissant planer un doute sur sa véritable nature.
Le dessinateur parvient de nouveau à retranscrire l’ambiance inquiétante de cette époque trouble avec en début de tome un rite vaudou bien dépeint au découpage impeccable qui permet au lecteur de vivre ce cérémonial troublant et sans pitié. En effet, l’auteur ne nous épargne aucun détail, mais ne réalise pas de cases sanglantes uniquement pour le sensationnel, chacune d’entre elles a une importance et sert le récit.
La mise en couleur est toujours aussi bien maîtrisée et apporte un plus indéniable à l’album. Enfin, Le dessinateur poursuit avec brio son voyage dans la retranscription des créatures mythiques, avec cette fois-ci le panthéon des rites vaudous qui est particulièrement saisissant et cette justesse donne très envie d’en savoir plus sur ces barons aussi intrigants que dangereux.

Le second opus de la série Capitaine Vaudou confirme que cette série de pirates possède tous les éléments pour faire de cette dernière une excellente curiosité du monde des bulles, sublimé par un dessin précis et délicat comme son scénario.

Par Vivien Arzul.
A lire également