Forum
Prochaines parutions Dernières sorties
Votre Compte
Newsletter
Gestion de collection

Robin & Batman Critique

Oneshot
10 juin 2022 136 pages - Édité par Urban Comics

Reprendre les origines d’un personnage iconique est un exercice difficile car il faut savoir innover sans déconstruire totalement le héros du récit, et il va sans dire que jeff Lemire est parvenu avec brio à trouver l’équilibre parfait entre la grande histoire de ce personnage et ce qui lui apporte.
Dans ce tome unique, le scénariste insiste sur cette relation mentor/apprenti qui cache une relation père/fils forte et touchante. Le lien qui les unis ne cesse de se construire en sous-texte, que ce soit lors de leurs patrouilles que dans la sphère privée. Jeff Lemire montre un Bruce Wayne parfois un peu largué avec l’éducation de son pupille et cela casse son image de justicier froid et implacable. Il doute, il a peur pour le garçon qu’il a embarqué dans sa croisade.
La psychologie de Robin est abordée aussi avec tout un panel de nuances, on le découvre avec un fort désir de faire ses preuves mais aussi de trouver sa place dans ce monde super héroïque, nous sommes loin de l’image de faire valoir des années de sa création.
Jeff Lemire donne autant d’importance à Dick Grayson qu’a Robin avec sa vie scolaire et privée et en montrant en une case le lien étroit entre le choix de son alias et son histoire personnelle.
Enfin la narration est un bonheur de fluidité, le lecteur se laisse embarquer dès les premières cases dans cette histoire bien équilibrée aux scènes d’action haletantes et aux moments d’intimité comme une discussion entre Alfred et le jeune homme qui apporte beaucoup de profondeur au récit.

Le dessin :
Inutile de tergiverser longtemps, le dessin de ce tome est une réussite totale grâce à une mise en couleurs directes absolument remarquable. Cette dernière donne une dimension unique à l’album tout en sublimant les cases fortes du tome. Cet aspect aquarelle apporte une sorte de poésie aux cases tout en ne dénaturant pas les combats ou l’atmosphère sombre de Gotham. Cette technique sublime Batman, lui donnant une aura presque surnaturelle avec sa cape qui se mêle à la brume, donnant des cases absolument iconique. Le dessinateur utilise aussi la couleur pour faire souffler son lecteur avec des couleurs plus vives lors des moments calmes. Aucune couleur n’est utilisée au hasard, notamment le rouge de son costume qui fascine presque lors de sa découverte.
Les combats particulièrement bien découpés avec des grandes cases montrent avec justesse l’impact des coups et leurs conséquences, permettant ainsi au lecteur de vivre intensément ces derniers.
Cet album regorge de cases marquantes, et c’est là où Dustin Nguyen frappe fort, il n’y a aucune fausse note et le lecteur se prend à lire et relire le tome pour découvrir les détails et la beauté de son trait taillé pour ce genre de récit.

Robin et Batman est un incontournable de la mythologie des deux personnages et une excellente porte d’entrée à la découverte du premier Robin. Son scénario fidèle à l’univers avec des pointes d’émotion le rend particulièrement marquant car il est rare que l’on sente sous les masques de nos héros autant d’intensité.

Par

Notes des internautes

0 vote
A lire également