Série Début etait le jaune (Au) - 9782952272902 © 2005 PLG / Dupuis

Oneshot

Début etait le jaune (Au) Critique de Thomas Clément

15 novembre 2005 - Broché 263 pages - Édité par PLG

Nombreux sont les ouvrages de référence sur l’histoire de la bande dessinée, et le choix est parfois difficile. Le sujet lui-même prête d’ailleurs à polémiquer. Faut-il inclure dans le domaine de la bande dessinée la Tapisserie de Bayeux, les hieroglyphes des pyramides antiques égyptiennes ou les peintures rupestres de Lascaux ? Tout est question de point de vue, certains étant évidemment plus raisonnables que d’autres.

L’ouvrage que nous vous présentons ici est basé sur un postulat très simple : la bande dessinée, pour mériter cette appellation se doit respecter trois critères :
- Le récit par cases dans une page ou un bandeau,
- Les bulles contenant les paroles des personnages,
- Un personnage, centre de l’histoire, qui peut être présent tout au long de l’album ou de la série.

Partant de ce principe, la première bande dessinée ne peut être que The Yellow Kid, créé par Richard Felton Outcault en 1895 (même si elle ne porte pas encore ce nom) dans le New York World publié par Joseph Pulitzer.

De ce point de départ, et même s’il aborde dans un premier chapitre les quelques précurseurs d’Outcault (le suisse Rodolphe Töpffer et ses histoires en images à partir de 1827, l’allemand Wilhelm Busch qui créa Max und Moritz en 1965, les français Cham, Nadar puis Christophe avec La Famille Fenouillard en 1887), Dominique Dupuis tente de démeler l’écheveau de la bande dessinée, mettant en évidence les filliations entre auteurs et les influences de chacun pour parvenir à dresser un arbre généalogique des auteurs et surtout de leurs démarches artistiques respectives. A ce point de vue, on peut regretter le peu de place accordé au monde de la bande dessinée asiatique, même s’il est incontestable que son influence a longtemps été inexistante au sein de la bd occidentale.

Organisé en vingt-cinq chapitres logiques et abondamment illustré par des couvertures d’albums ou de revues à chaque page, Au début était le jaune a le mérite d’être clair et synthétique. Et même si la progression est suffisamment linéaire pour que le lecteur en fasse une première lecture de bout en bout, les quatre index (noms propres, éditeurs, séries, revues) garantissent de pouvoir retrouver rapidement une référence.

Thomas Clément

Notes des internautes

0 vote
En attribuant une note aux ouvrages que vous avez lus, même si vous le faites anonymement, vous contribuez à l'utilité du site Bande Dessinée Info. Nous vous en remercions.
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
A lire également