Série Héléna 1 - 9782818931769© 2014 Grand Angle / Jim / Téhy / Chabane

Série Héléna

Héléna 1 Critique de Arnaud Lamy

1er octobre 2014 - Album 76 pages - Édité par Grand Angle

Du plus loin que je me souvienne, Simon a toujours eu peur des jolies filles...

Le pitch : Le jour de son mariage, Simon aperçoit Héléna sur la grande place de la mairie de Nice. Héléna, la beauté de sa classe quand il était enfant, son grand amour... celle qu’il aime depuis toujours et qui ne s’est jamais intéressée à lui. Entre eux, c’est juste un échange furtif, rien de plus. Mais un échange suffisant pour que Simon refuse de dire le petit "oui" durant la cérémonie de son propre mariage. Il aime Héléna, plus que tout. Et comme cet amour est unilatéral, lui vient une idée bien curieuse... Il lui propose de lui offrir 1000 euros, en échange de trois heures de sa présence tous les jeudis après-midi...

Avec ce scénario, Jim nous montre qu’il est passé maître dans la bande dessinée d’émotions ! L’histoire est très bien construite, on passe par toute une palette de sentiments : de l’espoir au désespoir, presque du rire aux larmes. Le fait fondateur de ce récit est pourtant simple, à savoir recroiser à un instant de sa vie un amour de jeunesse. Par contre le croiser juste avant son mariage devant les marches de la mairie, cela relève d’un coup du destin, mais est-ce nécessaire pour remettre en cause toute une vie bien rangée ? A cette question, Jim répond OUI, à l’inverse de Simon à la question de Monsieur le Maire ! On peut éventuellement prendre Simon pour un homme égoïste et irresponsable, c’est le cas au premier abord, seulement la subtilité du scénario nous amènes plutôt à nous poser la question du choix. Qu’aurions nous fait à la place de Simon ? De l’espoir d’un amour impossible jusqu’aux moments de clairvoyances, la réponse se trouvera dans le tome 2.

Graphiquement, c’est une claque ! On pourrait évoquer la similarité avec Une nuit à Rome, personnellement elle ne me dérange pas, et je pense qu’elle n’est vraie qu’un court instant. Lounis Chabane arrive à se rapprocher du trait de Jim sans jamais être dans l’imitation. Les différences sont subtiles, notamment au niveau du regard des personnages, tous les deux n’ont pas la même représentation de l’émotion. Je n’arrive pas à préférer plus un style que l’autre, comme des enfants jumeaux, ils sont si semblables mais également si différents.
Les couleurs de Delphine sont toujours d’une précision, d’une délicatesse, d’une finesse et d’une élégance qu’elles sont pour une grand part dans la réussite de l’ambiance de cet album.

A noter également, un joli travail de l’éditeur Grand Angle, qui offre au lecteur la possibilité d’acquérir cet album dans une version luxe, avec dos toilé et ex-libris signé.

Un récit touchant, un graphisme magnifique, un véritable coup de cœur !

Arnaud Lamy

Notes des internautes

0 vote
En attribuant une note aux ouvrages que vous avez lus, même si vous le faites anonymement, vous contribuez à l'utilité du site Bande Dessinée Info. Nous vous en remercions.
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Dans la même série
A lire également