Forum
Prochaines parutions Dernières sorties
Votre Compte
Newsletter
Gestion de collection

Brebis galeuses Critique de E. Aubague

Série Gung Ho
21 septembre 2013 - Album 80 pages - Édité par Paquet

Dans un futur proche, la civilisation telle que nous la connaissons a disparu. Les survivants vivent dans des colonies où tout est rationné. Ces colonies sont le seul moyen de subsister et de se défendre contre « la plaie blanche », c’est pourquoi de nombreuses règles les régissent, des règles vitales. Zack et Archer Goodwoody sont deux frères orphelins, deux adolescents un peu fanfarons. Ces deux fortes têtes ont déjà été expulsées de plusieurs colonies, leur admission à « Fort Apache, la seizième colonie dirigée par Mademoiselle Kingsten, est leur dernière chance de vivre dans un endroit sécurisé au cœur de la zone de danger. Pour pouvoir rester, ils vont devoir se plier au règlement et prouver que leur comportement ne mettra pas en péril la colonie. Cependant il semblerait que le péril ne vienne pas d’eux mais d’un individu bien décidé à rendre une des adolescentes de Fort Apache dépendante aux médicaments, pourtant rationnés eux aussi…

Avec ce début de saga post-apocalyptique, les deux auteurs allemands Benjamin Von Eckartsberg (scénariste) et Thomy Von Kummant (dessinateur), nous font de belles promesses pour la suite des aventures des frères Goodwoody. Le dessin des décors rappelle résolument les graphismes des jeux vidéo actuels, tant il cherche à se rapprocher de ce que pourrait être la réalité dans les mêmes conditions. Le traitement des personnages, lui, est différent. A mi chemin entre le manga et le dessin animé, donc toujours dans un esprit de dynamisme, les deux styles se marient très bien.

Le scénario est, pour sa part, très bien écrit. Contrairement à la plupart des séries de science-fiction post-apocalyptique, l’ambiance n’y est pas lourde, les personnages n’ont pas comme principal objectif leur survie et leur environnement n’a pas subi de gros bouleversement climatique. Le fait que les personnages principaux, des adolescents, gardent leurs préoccupations d’adolescents permet d’apporter du réalisme au scénario, et de le rendre d’autant plus prenant. Vivement la suite !

Par E. Aubague

Notes des internautes

0 vote
Dans la même série
A lire également