Série LDB : Le Petit Garçon Dépressif - 9782954858906© 2014 Val BD / Struble / Grace

Oneshot

LDB : Le Petit Garçon Dépressif Critique de Vivien Arzul

16 avril 2014 - Comic 120 pages - Édité par Val BD

Le comic, ce n’est pas seulement des histoires de mecs en collant avec des superpouvoirs s’affrontant dans des histoires manichéennes. Certains auteurs savent s’affranchir de ces codes. Ils optent pour des histoires plus intimiste, permettant aux lecteurs de se retrouver dans leurs albums.

C’est le cas avec Little Depressed Boy, paru au USA chez Image Comics, une maison d’édition à contre courant choisissant des projets atypique à l’instar de Saga. Ce volume est scénarisé par Shaun S. Struble avec Sina Grace aux pinceaux, qui n’est d’autre que l’ancien agent de Robert Kirkman. Ce comic à part à traversé nos frontières grâce à l’initiative conjointe de Marco Sagheddu et Franck Blas tombés amoureux de l’album.

L’histoire en deux mots :

LDB est un jeune homme introverti qui trouve refuge dans des passions solitaire tel que les jeux vidéos, la lecture de comics ou encore la télévision. Néanmoins il décide un jour de sortir lire une bd dans un bar, il y retrouve Drew un vieil ami qui l’exhorte à reprendre la musique. Il lui conseille même d’acheter une console pour jouer en ligne et retrouver un semblant de vie sociale.
Après son départ une jeune femme se met à parlée à LDB, elle lui avoue sa nostalgie. Pour elle, le jeu vidéo n’est plus un instant de partage entre amis.
De cette brève discussion va naître une relation ambiguë qui va faire passer le personnage par beaucoup d’émotions.

Le dessin :

Sina Grace a un style graphique servant à merveille l’histoire, il se dégage de son trait une certaine douceur qui colle à l’ambiance. Le parti pris des auteurs de différencier le héros par un graphisme propre est une excellente idée. Ce personnage sans véritable visage permet aux lecteurs de se transposer à la place du héros et d’être immergés dans l’histoire aisément. La mise en couleur appuie cette environnement mélancolique voulu par les auteurs. Enfin, il a su également rendre les scènes vivante et presque palpable comme les scènes de concerts.

Le scénario :

Ce tome possède une histoire plus complexe qu’il n’y parait, ce n’est pas qu’une histoire d’amour naissante. Le scénariste aborde des sujets difficile avec ce personnage désabusé, comme l’isolement, la timidité ou la peur de la relation amoureuse. LDB nous montre un mal contemporain, malgré toutes les technologies de communication, il a peur d’aller vers les autres et préfère se réfugier dans ses passions. Cependant, le scénariste n’a pas dépeint uniquement un jeune homme mélancolique, il bouscule son personnage dans ses habitudes et montre à travers les rebondissement de l’histoire que la vie est faite de surprises. Notamment sa rencontre avec Jazz, une rencontre touchante et drôle qui donnera à notre héros une raison de sourire.

Ce comic d’une force narrative et graphique indéniable est une chronique sociale juste et touchante de la jeune génération actuelle. Ce premier tome paru en France est un véritable bonheur à lire tant l’histoire de ce jeune homme est poignante.

Vivien Arzul

Notes des internautes

0 vote
En attribuant une note aux ouvrages que vous avez lus, même si vous le faites anonymement, vous contribuez à l'utilité du site Bande Dessinée Info. Nous vous en remercions.
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
A lire également