Série Lame de fond - 9782369815860 © 2020 Rue de Sèvres / Astier
Aie!
Impossible d'ajouter cet ouvrage à votre Wanted List car vous n'êtes pas identifié.
Vous pouvez vous connecter ou créer votre compte ici.

Série Venin (La)

Lame de fond Critique de Vincent Lapalus

8 janvier 2020 - Album 64 pages - Édité par Rue de Sèvres

Après avoir descendu froidement Eugène Mc Crady, futur sénateur du Colorado dans le tome 1, Emily la venin plante sa tente à Galveston-Texas, dans le présent volume. Sa nouvelle victime se nomme Allister Coyle, révérend de son état et directeur d’un orphelinat pour jeunes filles.

Toujours décidée à venger la mort de sa péripatéticienne de mère, la demoiselle troque corset et Winchester contre un habit de nonne et une arme blanche afin d’obtenir vengeance et frapper de punition divine le père Coyle, une véritable crapule, allant jusqu’à abuser de ses petites pensionnaires sous le secret des religieuses de l’établissement, en plus de faire partie du groupe des cinq de la secte de Yale, responsables du destin funeste d’Emily.

La Venin emploiera la méthode expéditive pour se débarrasser de sa nouvelle cible, et affrontera une catastrophe naturelle. Toujours en cavale, pourchassée par Charlie Siringo et Tom Horn de l’agence Pinkerton. La belle trouvera une aide précieuse et un soutien sans faille de la part de son ange gardien apache Coyote Vagabond, l’ndien protecteur déjà présent dans Déluge de Feu qui en sait plus sur la cowgirl qu’il ne veut le faire croire. Emily n’en reste pas moins humaine, elle “embarque” Claire dans sa cavalcade, une petite fille qui en a vu de dures dans l’institution du saint-homme.

La vendetta est loin d’être de tout repos. Cette chevauchée sauvage menée par un personnage féminin fort, tenant le pavé aux cowboys les plus endurcis et distribuant les valdas comme des bonbons est une belle preuve de parité homme-femme et d’un féminisme assumé de la part des auteurs, à une époque qui ne s’y prêtait guère. La furie et cousine de la grande Calamity n’a pas fini de faire parler le canon de son arme.

Il est difficile de lancer un titre dans le genre très codifié qu’est le western., mais force est de constater que Laurent Astier s’en tire avec les honneurs. Rivalisant avec les grands feuilletonistes tels que Jean-Michel Charlier et Michel Greg pour les pionniers ou les plus récents Alejandro Jodorowsky et Xavier Dorison dans le domaine, l’artiste livre un titre classique mais contemporain, dynamique avec du rebondissement à la pelle et des dialogues justes et ciselés, assortis de flashbacks et mise en abyme, impeccables avec un bel équilibre quand le récit fictionnel croise le récit historique. Un dix sur dix au scénario !

Pour le dessin, Laurent Astier rejoint les créateurs d’images les plus talentueux. Jean Giraud, Hermann, Christian Rossi, François Boucq et Ralph Meyer sans être un copiste. Son trait est fin, élégant, fouillé, servant des plans serrés et d’autres plus larges. Une grande palette technique déployée, couplée à des couleurs ocres et terreuses pour un rendu qui sent la poussière et la chaleur des hautes plaines américaines tout en étant éclatant.

Lecteur/lectrice, ton top six western doit se composer de Blueberry, Comanche, Jim Cutlass, Bouncer, Undertaker et La Venin !

Vincent Lapalus

Notes des internautes: 5

1 vote
En attribuant une note aux ouvrages que vous avez lus, même si vous le faites anonymement, vous contribuez à l'utilité du site Bande Dessinée Info. Nous vous en remercions.
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP
Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté
Dans la même série
A lire également