Civil War - Intégrale Absolute 9782809424140 © 2012 Panini Comics Millar / McNiven

Civil War

Civil War - Intégrale Absolute

24 octobre 2012 - Coffret produits 450 pages - Édité par Panini Comics
Voir les extraits
Civil War - Intégrale Absolute - Page 1

Note des internautes

0 vote
En attribuant une note aux ouvrages que vous avez lus, même si vous le faites anonymement, vous contribuez à l'utilité du site Bande Dessinée Info. Nous vous en remercions.
Mode anonyme: Une seule note par adresse IP Mode connecté: Une seule note par compte, modifiable à volonté

Synopsis

Ce magnifique album contient la saga principale Civil War, ainsi que les épisodes les plus importants des séries concernées par le crossover, comme ceux de Spider-Man (J. Michael Straczynski/Ron Garney) ou de Captain America (Ed Brubaker/Mike Perkins). En bonus, l’épisode Confession de Brian Michael Bendis et Alex Maleev.
Contient :
- Civil War du N°001 au N°007 parus entre Juillet 2006 et Janvier 2007
- Amazing Spider-Man du N°532 au N°538 parus entre Juillet 2006 et Janvier 2007
- Captain America (Série 5) du N°022 au N°025 parus entre Novembre 2006 et Avril 2007
- Civil War : the Confession paru en Juin 2007

Auteurs

Scénariste: Mark Millar Dessinateur: Steve McNiven

Chronique

Avec Civil War, qui débute en kiosque ce mois-ci en France, l’univers Marvel s’apprête à rentrer dans l’une de ses périodes les plus sombres. La série de Mark Millar (scénario) et Steve McNiven (dessin) risque fort d’avoir des effets importants sur bon nombre de personnages et de redessiner des frontières que l’on pensait éternelles.

Une loi pour contrôler les super-héros
Mais commençons par planter le décor. Depuis quelques temps déjà, la terre 616 (l’univers où évoluent Spider-Man, les 4 Fantastiques, les X-Men et tous les héros que nous connaissons) doit faire face à de graves évènements. Les Vengeurs se sont séparés suite à une perte de contrôle totale de Wanda Maximoff, les mutants se sont vus quasiment éradiqués de la planète, à quelques exceptions près, suite au « jour M » (les rescapés se faisant lyncher ou étant, comme les X-men, sous la surveillance de Sentinelles), Hulk a ravagé Las Vegas, Nick Fury a dû quitter la direction du S.H.I.E.L.D. après ses opérations secrètes en Latvérie, bref, le temps n’est pas au beau fixe pour les surhumains.
C’est dans ce contexte tendu que survient un drame épouvantable. Alors que les New Warriors, une équipe de jeunes super-héros, tentent d’appréhender une bande de criminels dans le cadre d’une émission de real-TV, l’opération échappe totalement à leur contrôle. A tel point que la situation tourne au désastre et aboutit à la mort de plus de 600 habitants (dont de nombreux enfants qui jouaient dans une école toute proche) de la petite ville de Stamford dans le Connecticut.
A partir de là, l’opinion est on ne peut plus remontée contre tout ce qui porte un masque ou possède le moindre don qui pourrait ressembler à un pouvoir. Le gouvernement se voit alors contraint d’agir sous la pression en promulguant le Superhuman Registration Act , une loi visant à recenser et encadrer tout individu possédant et faisant usage de super-pouvoirs.

Frères contre frères
Tout le ressort dramatique de l’histoire repose en fait sur l’affrontement de deux camps composés d’anciens alliés voire d’amis se respectant profondément. Alors que Tony Stark (Iron Man) prend la tête des pro-recensement favorables au gouvernement, Captain America est, lui, contraint de rentrer dans la clandestinité et se retrouve, presque malgré lui, chef de file des rebelles.
Très vite, l’inévitable se produit et les deux côtés s’opposent violemment, animés pourtant de la même volonté de défendre une certaine conception de la liberté.

De quel côté êtes-vous ?
C’est l’accroche de la série principale (whose side are you on ?) mais malheureusement, l’aspect non manichéen de l’affrontement n’est pas totalement préservé jusqu’à la fin, Millar ayant visiblement très envie que le lecteur choisisse le camp qui lui semble le meilleur.
Malgré tout, l’idée et son traitement restent excellents. Nous sommes amenés rapidement à nous poser nous-mêmes des questions sur la loi et ses limites, la justice, la gestion des surhumains, les pouvoirs voire même les dangers représentés par des "héros" anonymes et incontrôlables.
Tout cela est intelligemment fait (même si les choix de Millar restent les siens propres et non une vérité qu’il voudrait absolue) et regorge de trouvailles originales.

Les séries parallèles
On le sait, un tie-in, parfois, n’est présenté comme tel que pour gonfler les ventes de séries prétendument liées à un évènement mais loin d’être passionnantes pour autant.
Ici, bien au contraire, l’essentiel des séries touchées par Civil War constitue un véritable plaisir de lecture mais aussi un important complément à l’arc principal.
Les Civil War Frontline notamment (qui seront publiés en France dans la revue Civil War Extra sauf pour l’arc "The accused" qui est associé avec la série principale dans le mensuel éponyme) sont incontournables tant ils sont intelligents et habilement construits (on a même l’occasion d’y dénicher des références historiques assez pertinentes, comme l’assassinat de Lee Harvey Oswald par Jack Ruby).
De même, les séries Amazing Spider-Man, New Avengers ou X-Factor apportent un réel plus à l’ensemble. Même ce qui aurait pu relever de l’anecdotique, comme le tie-in Young Avengers/Runaways, a été réalisé avec soin et se suit avec un plaisir véritable.

La fin de l’innocence ?
Il y avait eu des précédents dans l’univers des Héros, que ce soit les Watchmen de Moore ou le Batman de Miller (datant quand même des années 80) donc il serait faux de dire que nous avons là une première approche politico-réaliste du rôle des surhumains. Néanmoins, il faut bien constater que la tendance chez Marvel ces dernieres années est bien aux séries "coup de poing" (Ultimates par exemple, du même Millar) flirtant avec une gravité autrefois loin d’un support que l’on pensait (surtout en Europe) réservé aux ados attardés.
Il est certain que cet affrontement non manichéen laissera des traces dans la psychologie des héros et les relations qu’ils entretiennent vont en être profondément bouleversées. Se faire battre par un "vilain", a priori considéré comme "mauvais", est une chose. Vaincre un ami dont on sait pertinemment qu’il est un homme droit et juste en est une autre. Et l’on est loin d’être persuadé que le premier cas soit le plus amer.
Si Marvel, avec Quesada à sa tête, a réussi un exploit, c’est bien de s’adapter à son époque mais aussi à l’évolution en âge et en maturité de son lectorat. Et si les héros en souffrent sous la plume des Bendis, Straczynski, David et autres Jenkins, c’est pour notre plus grande joie de lecteurs avides d’histoires épiques, émouvantes et passionnantes.

Bon, ok, c’est bien mais est-ce abordable par tous ?
On sait bien que le problème pour les nouveaux lecteurs, c’est la sacro-sainte continuité, autrement dit l’immense richesse du passé des héros concernés. Ici, en plus, les personnages sont très nombreux : X-Men, Vengeurs, Fantastic Four, Thunderbolts, Runaways, X-Factor, Daredevil, Ms. Marvel, Namor et j’en passe. Des têtes d’affiche aux plus obscurs héros de troisième zone, ils sont tous là.
Malgré tout, l’on peut suivre l’histoire principale avec intérêt. Il est évident qu’avoir jeté au moins un oeil aux prologues ou à House of M est un plus. Enfin, précisons qu’il faut bien rentrer dans l’univers Marvel à un moment ou à un autre et que les connaissances viendront avec le temps, la continuité n’étant nullement une contrainte inutile mais une façon de décupler le plaisir de lecture une fois qu’on la maîtrise un peu.

Par Cyril Durr
Avis et critiques des internautes
Partagez vos commentaires à propos de l'ouvrage Civil War - Intégrale Absolute, que ce soit en mode anonyme ou connecté!

Qui êtes-vous ?
Se connecter

1 édition

Civil War - Intégrale Absolute
Editeur: Panini Comics
Collection: Marvel Absolute
ISBN: 9782809424140
EAN: 9782809424140
ISBN digital: -
24 octobre 2012
Coffret produits 450 pages
Poids: 2.712 kg
Dimensions: 21.8 x 33.3 x 4.5 cm
Caractéristiques
Dans la même série
A lire également