« Précédent Suivant »

Chronique Kurt Cobain "When I was an alien" (Danilo Deninotti et Toni Bruno) - Urban Comics

Chronique Kurt Cobain "When I was an alien" (Danilo Deninotti et Toni Bruno) - Urban Comics

lundi 24 avril
Par Vivien Arzul

Les rock stars sont une source d’inspiration fabuleuse pour les auteurs, tous supports confondus. Le neuvième art ne déroge pas à la règle en s’intéressant une fois encore à Kurt Cobain, le leader de Nirvana. En effet, le fondateur du mouvement Grunge a eu droit à plusieurs albums retraçant son destin incroyable avec en autres ou encore . Chacun de ces albums abordant différemment la vie de cet homme tourmenté. Cette fois-ci, c’est et qui nous proposent une des vies de Kurt Cobain en relatant son enfance et son adolescence à travers un superbe roman graphique.

L’histoire en deux mots :

JPEG - 61.4 ko
Extrait 1 - Kurt Cobain "When I was an alien" (Danilo Deninotti et Toni Bruno) - Urban Comics

En 1991, dans un grand studio d’enregistrement un jeune homme réalise son rêve. Il enregistre enfin sa musique pour toucher le plus grand nombre. Après un débat avec l’ingénieur du son et malgré ses objections, il enregistre son solo de guitare comme il le souhaite. La musique commence alors, Kurt Cobain se regarde souriant dans le miroir sans tain et se met à chanter. Les mots prononcés par le chanteur font écho à ceux qu’il avait en tête durant son enfance.
On découvre alors, un gamin hyperactif adorant la musique au sein d’une famille banale dans une petite ville paisible, Aberdeen. Le jeune Kurt danse et chante sur un fond de rock, il est tiré de son exaltation par sa mère qui l’emmène voir sa tante. Le petit garçon montre sur le trajet une nouvelle facette de sa personnalité en étant craintif et impoli à l’égard de la police. Arrivé chez sa tante, il découvre qu’elle lui offre un instrument et des disques. De retour chez lui, il va s’empresser de les écouter et découvre Hey Jude des Beatles qu’il ne cessera de chanter après l’avoir entendu.
A partir de ce moment, la musique ne le quittera plus jamais et l’accompagnera durant sa vie. Elle sera un refuge lors des drames familiaux et un remède à tous les maux de son enfance à sa vie adulte. Le jeune garçon devient un adolescent désabusé, perturbé par la séparation de ses parents. La musique et la création deviendront les deux seuls sanctuaires. Il y trouvera des gens qui lui ressemblent, ce qui lui permettra de vivre ce destin incroyable entre ombre et lumière.

Le dessin :

JPEG - 60.3 ko
Extrait 2 - Kurt Cobain "When I was an alien" (Danilo Deninotti et Toni Bruno) - Urban Comics

Toni bruno n’en est pas à son coup d’essai dans le genre du roman graphique avec déjà trois albums à son actif. Il est également graphiste dans l’industrie du disque, ces deux expériences légitiment sa présence sur un tel album. Son trait est dans la plus parfaite veine du roman graphique et colle parfaitement avec l’approche intimiste du récit. L’album est superbement mis en valeur par une colorisation en deux tons qui sert à merveille l’album. Ce choix respectant l’ambiance de l’album et permettant de mettre en valeur certains détails.
De plus, l’auteur utile habilement une parole du morceau When I was an alien pour illustrer l’univers du chanteur et sa créativité en le dessinant avec une tête... d’Alien. Cette astuce lui permet par ce biais de monter aux lecteurs, les protagonistes gravitant dans la même atmosphère musicale que Cobain.
Le dessin de l’auteur dégage une certaine douceur qui nuance un peu le propos de l’album, notamment lors des chapitres sur l’enfance de Cobain. Cette nuance est parfaitement développée en début de volume où l’on découvre sa mère resplendissante dans un quotidien paisible, alors que le garçonnet insulte des policiers de passage. Lors de cette description, le dessinateur montre tout l’étendue de son talent. Il retranscrit avec justesse le caractère des personnages, que ce soit à travers l’arrivée de la mère de Cobain ou le geste grossier du garçon retranscrit maladroitement pour monter son jeune âge.
Le dessinateur démontre également avec son trait qu’il est en mesure de dépeindre à merveille les émotions des personnages et de les rendre presque palpables. Il réussit également le tour de force à capter l’essence même du leader de Nirvana. Que ce soit à travers la retranscription de son jeu de guitare ou à travers la multitude de détails qui rendent hommage à la personnalité du chanteur. Cette maitrise graphique est caractérisée par la superbe couverture de l’album sobre mais d’une efficacité redoutable qui laisse transparaitre la passion et l’engagement pour la musique de Cobain.

Le scénario :
Danilo Deninotti réussit la lourde tâche de parler habilement de la vie de Kurt Cobain. Il choisit un angle intéressant pour aborder cette dernière en abordant très rapidement sa réussite dans le monde de la musique pour s’intéresser à son enfance et à l’univers intime qui a forgé la personnalité compliquée du jeune homme.
La grande force de cet album est en effet son récit, l’auteur transporte le lecteur dans la vie cette icône de la musique et permet ainsi d’en apprendre davantage sur lui. Ce choix est exécuté avec beaucoup de dissemblance car même s’il parle des événements difficiles du chanteur, il les aborde avec beaucoup de recul comme s’il jetait un voile pudique sur des moments difficiles. Ce procédé intelligent permet au lectorat d’en savoir plus sans être poussé vers un trop-plein d’émotions.
L’auteur ne minimise pourtant pas les faits, il aborde avec justesse dans l’album le traumatisme que fut le divorce de ses parents. Le récit rend hommage avec justesse l’amour que Cobain avait pour la musique, que ce soit à travers sa découverte durant son enfance par l’intermédiaire des disques de sa tante ou avec sa première guitare. Le scénariste évoque également le tempérament perfectionniste du leader de Nirvana en ce qui concerne cet art, en relatant la quête du batteur parfait pour son groupe. L’auteur dispense aussi astucieusement certaines anecdotes sur la création de certaines chansons cultes comme Smell Like teen Spirit qui fera renter le groupe au panthéon du rock.
Le récit se veut également plus intimiste en abordant les relations compliquées et passionnées que Cobain entretenait avec les femmes, que ce soit à travers l’amour maladroit de sa mère ou celui destructeur de certaines compagnes. Danilo Deninotti signe un récit authentique qui révèle une des facettes méconnue du leader charismatique de Nirvana.

When I was an alien est un roman graphique superbe rempli de trouvailles graphique et scénaristique qui remplira les fans de joies après chaque page tant le chanteur y est décrit avec authenticité. Mais ce tome est aussi est une bonne porte d’entrée dans l’univers de Nirvana via un art différent que la musique. Enfin, c’est un roman graphique abouti qui peut se lire sans indépendamment de toute affection au célèbre groupe qui plairait également au néophyte du milieu grunge.


Dans la même rubrique
Saint Seiya The Lost Canvas T4 (Masami Kurumada & Shiori Teshirogi) – Kurokawa
Asmita, Chevalier d’Or de la Vierge, est sensé soutenir Athéna. Mais son attitude équivoque et ses propos critiques à son égard laissent présager quelques retournements de situation. Pour ce volume (...)
Roger Leloup. Yoko tsuno, tome 24, LE SEPTIÈME CODE, éditions Dupuis, 2005
Chaque album de Roger Leloup se présente comme une oeuvre accomplie, longuement mûrie et qui va toujours plus loin que la précédente. Son travail demeure classique parce qu’il appartient à l’héritage (...)
Chronique Le vieil homme et la mer (Thierry Murat) - Futuropolis
Cuba. Début des années 1950. Santiago, un vieux pêcheur rentre une fois encore la barque vide. 84 jours qu’aucun poisson ne mord sa ligne. Tout le monde le pense trop vieux et devenu piètre marin. (...)
Sale bête T1 - Hamster drame (Maïa Mazaurette & Jean-Paul Krassinsky) - Dupuis
S’il y avait bien deux auteurs qu’on n’attendait pas dans le catalogue tout public de chez Dupuis, c’est bien Jean-Paul Krassinsky et Maïa Mazaurette ! Le premier publiant régulièrement chez Poisson (...)
Chronique Le Trop grand vide d’Alphonse Tabouret (Sibylline et Jérome d’Aviau) - Ankama
Alphonse Tabouret n’a pas d’âge. Il est à peine plus grand que le plus petit des enfants, et sa tête est ronde comme un ballon. Un matin de cette fois-là, allongé au milieu d’un trop grand vide, il (...)
Chronique Les voitures mythiques au cinéma (Philippe Chanoinat et Philippe Loirat) – Jungle !
Ah ! Que voilà un ouvrage plaisant qui dresse un petit panorama de l’apparition de quelques légendaires modèles de voiture dans une poignée de films non moins célèbres. Enfin, pas forcément tous, mais (...)
Dans cet article
Kurt Cobain - When I was an alien
Kurt Cobain - When I was an alien
When I Was an Alien revient sur l’enfance de Kurt Cobain, jeune garçon d’Aberdeen féru de musique. (...)