Angoulême 2017 : L’obélisque dévoilé par Anne Goscinny

jeudi 26 janvier
Par Thomas Clément

Il pèse sept tonnes pour 4,5 mètres de haut, et il s’agit d’ailleurs du plus haut monument européen dédié à la bande dessinée, si l’on en croit le maire d’Angoulême Xavier Bonnefont. L’obélisque érigé sur le parvis de la gare en hommage à René Goscinny a été dévoilé ce mercredi 25 janvier en début d’après-midi, à quelques heures de l’ouverture officielle du quarante-quatrième festival, en présence de sa fille Anne Goscinny. Il accueillera donc dès cette année les amateurs de bande dessinée fraîchement débarqués du train en provenance de France, de Navarre ou d’ailleurs.

JPEG - 866 ko
L’obélisque hommage à René Goscinny dévoilé place de la gare à Angoulême

Offert à la ville par l’Institut René Goscinny, avec le soutien du festival, le "monolithe en pierre" reprend sur ses faces latérales 82 citations extraites des oeuvres du scénariste, dont, évidemment, Astérix, Lucky Luke et Iznogoud, mais aussi Dingodossiers (Les) et Petit Nicolas (Le). Une belle façon de rappeler l’importance de son oeuvre et notamment ses talents de dialoguiste. René Goscinny nous a en effet laissé de nombreuses expressions désormais passées dans le langage courant comme "ils sont fous ces romains !" ou "devenir calife à la place du calife", particulièrement en vogue en cette période d’élections.
Cette célébration, quarante après la disparition de René Goscinny le 5 novembre 1977, fut également l’occasion de remettre sobrement et sans chichis les Clés de la Ville à Anne Goscinny.

« Précédent Suivant »
A propos de l'auteur
Dans cet article
Goscinny
René Goscinny
Né à Paris le 14 août 1926, élevé en Argentine, René Goscinny effectue son service militaire en (...)